Le vrai visage d’une ex Pmette

Lorsqu’une ancienne Pmette se met à vous parler comme si elle n’avait pas connu l’infertilité (certes dans son cas c’était son mari qui avait des difficultés) ça vous déchire le coeur.

Pivoine avait une copinaute Pmette qui a eu la chance d’avoir trois enfants (1 naturellement entre deux essais et des jumeaux après  une FIV). Elle pensait naïvement que cette ancienne Pmette comprendrait ce qu’elle traverse: l’impatience, le temps qui vous parait être à rallonge etc… La claque fut alors plus douloureuse qu’avec une « fertile » lorsque sa copinaute lui dit de se focaliser sur autre chose, de penser sérieusement à l’adoption parce qu’après tout la nature est bien faite. Si certaines femmes n’arrivent pas à avoir des enfants c’est pour permettre à celles qui ont pas la force d’élever les leurs d’être adopté. Pivoine avait envie de lui demander pourquoi après avoir eu une son premier enfant elle s’est donc acharnée en FIV pour avoir ses jumeaux? Cela aurait coûté moins cher à la sécu et libéré de la place dans le centre PMA si elle avait renoncé à porter ses enfants et qu’elle les avait adopté. Après tout il a tellement d’enfants qui attendent que’une Pmette les adopte. Mais Pivoine n’avait pas envie d’être vache (ou parce que Pivoine est une grosse conne qui aime bien que les autres viennent l’emmerder), elle n’a rien dit. Elle s’est contentée d’écourter la conversation. Mais son coeur saigne d’avoir été trahi par une ex Pmette. Elle espère qu’elle ne finira jamais comme ça.

Alors Pivoine s’interroge: comme est-ce possible en seulement 6 mois d’oublier à ce point ce qu’on traverse en PMA au point d’en être odieuse avec autrui? Est-ce que la copinaute lui aurait tout simplement bien caché son jeu lorsqu’elle était en PMA? Est-ce une tactique pour se débarrasser de Pivoine? (si c’est le cas à ça a bien marché).  Est-ce que l’ex Pmette a appuyé là où ça fait mal en lui rappelant qu’elle n’aurait probablement jamais d’enfants dans son ventre?  Surement, mais c’est pas à ça que servent les copinautes. Après tout c’est une réalité, certaines femmes resteront à jamais le ventre vide, on espère juste que ça ne sera ni nous, ni les copines mais au fond de nous on le sait, il y a UN ÉNORME RISQUE que cela nous arrive.

01-02.jpg

Tel le Corbeau, Pivoine Jura mais un peu tard qu’on ne l’y reprendrai plus.

Y a plus ka!

Bah, rdv avec Dr B. a eu lieu hier.

Il a été décidé que:

1- on reprend la FIV2 après avoir laissé passer un cycle naturel (parce que mes règles ont duré trop longtemps donc ce cycle sera pourri),

2-reprise de la pilule à mes prochaines règles soit début janvier, bonne année à mes ovaires

3-opération double blocage soit cocktail pilule + décapeptyl à J21 pour bloquer l’ovulation. Why not!Ils savent faire que ça; dormir.

4-début de la stimulation mi-février,

5-Ponction semaine 9 soit entre le 24 et 28 février, youpii, avec un prévision une semaine d’arrêt « Fais chier! On est obligé? » La doc « oui, je veux pas que vous bougiez avec vos ovaires qui seront hypers sensibles ». Dans ma tête, je me dis « merde, qu’est-ce que je fais du coup pour le boulot?  » « et puis merde, c’est quoi la priorité? » « le bébé, ok! »

6-MAIS parce qu’il y a toujours un « mais » pour pimenter tout ça. Possibilité de ne jamais faire de ponction si ovaires ne bougent pas pendant la stimulation.  Ok d’acc! La doc « vous voulez toujours le faire? » Question rhétorique je suppose. Je l’espère! Moi « bah oui, on tente!  On tente parce qu’on a pas d’autres choix.  » réponse à la con de la Doc « vous êtes vraiment compliquée. Vous êtes sure de ne pas vouloir en prendre un déjà tout fait (sic)? » Moi « oui, j’en suis sure » . Dans ma tête « Salope! »

7- On prépare la suite en essayant de trouver un autre centre qui n’a peur de rien pour fin mars, « just in case »! Si quelqu’un en connait des bons, n’hésitez pas à m’écrire sur desperatepma@gmail.com

8-Avant tout ça une batterie d’analyses à faire pour Dame Pivoine, Sir étant épargné cette fois-ci. Et programmation d’une visite chez osthéo de Boule de Mousse pour tenter de faire bouger tout ça. Plus reprendre contact avec acupuncteur.

to do list est faite! Y a plus ka!!

RAS chez les Pivoines

RAS chez les Pivoines. Une attente qui dure comme ces saignements qui n’en finissent pas. Dame Pivoine qui se dit que pour les deux c’est « n-or-mal », les hormones en triples pendant le dernier TEC demande à être évacué. Et le RDV pris (en prévision de cet échec cuisant) avait été « VO-Lon-Tairement » placé à 15 jours d’intervalles « just in case ». Genre….pétage de câble dans l’anticipation.

 

Toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,v, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,v, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance,, toujours avoir un coup d’avance, toujours avoir un coup d’avance……

 

Et maintenant, Pivoine se sent vide. Elle ère sur le web dans l’espoir que le temps file et que l’attente s’achève. Cadeaux de Noel entièrement fait. Vidage du compte en banque effectué. Elle ère…

en colère # 1

En colère, voilà comment je me sens depuis ce matin.

En colère que ma mère ne soit pas capable de garder sa décéption pour elle.

En colère contre toutes celles qui font des allusions sur les bébés et à qui je suis obligée de mentir sur mon désir d’enfant pour éviter la pitié.

En colère contre mon corps qui part en sucette.

En colère contre le temps qui file sans qu’un enfant ne m’accompagne.

En colère contre mon âge qui va bientôt changer (32 ans dans 2 mois et des poussières).

En colère de ne pas pouvoir quitter mon travail à cause de la PMA. Suis-je capable de prendre un nouveau job et poursuivre la PMA? Pas si sure…

En colère contre DNLP, mais ça c’est tous les jours.

En colère contre mes règles qui s’annoncent en grande pompe avec des mégas brûlures dans le ventre genre « tu croyais y échapper? Sérieusement? Pauvre fille! Non seulement tu ne seras jamais mère mais en plus je te ferai ta fête jusqu’à la ménopause! ».

En colère contre moi quand l’arrivée sur ma boite mail pro des photos des nouveaux nés me rend jalouse. C’est pas juste pour ces femmes, elles aussi ont droit d’être des mamans. 

En colère contre cette colère qui ne semble pas vouloir quitter mon corps et mon esprit aujourd’hui. 

EN CO-LE-RE ENCORE ET TOUJOURS… d’être impuissante!

 

Rebondir# 5896545698

Dois-je rebondir? Je sais pas. Je me dis que j’ai déjà tout essayé et que rien ne marche…donc dois-je rebondir ou abandonner? 

Une FIV 1 qui aura durée deux ans. 4 embryons J5 dont trois transférés et un mort à la décongélation. Un passage douloureux au bloc qui m’a défiguré. Résultat: fin de la FIV 1.

Alors, je m’interroge: dois-je rebondir? Zut, il va falloir que j’aille au Grand magasin pour acheter mes méga serviettes hygiéniques pour tenir le coup discrètement au boulot.

J’ai rdv avec la Doc dans quelque jours, vers le 18 décembre il me semble. Je vais pouvoir parler de la FIV2. Je sais qu’il va falloir attendre deux cycles avant de recommencer. Donc il ne se passera rien avant fin janvier au mieux. Ha je serai toute fraîche pour le mariage de ma meilleure amie en septembre.

Dois-je rebondir? Quelle question stupide? Je ne sais pas faire autrement. L’angoisse monte: j’ai peur de me retrouver un jour à la fin du parcours sans enfants.

Si tu ne ne peux pas voler, alors cours. Si tu ne peux pas courir, alors marche. Si tune peux pas marcher, alors rampe, mais quoi qu tu fasses, tu dois continuer à avancer. Martin Luther King Jr

le TEC 3BIS…l’histoire résumée en un post

J1 + début patch le dimanche 03/11. Je suis contente de les voir celles-ci pour une fois.

Rdv acupuncteur le vendredi 08/11

Rdv SF ostéopathe le mardi 12/11 – qui a déjà fait l’objet d’un post.

Rdv echo+PDS le samedi 16/11: endomètre mesure 10 mm et pas d’appel dans la journée donc prise de sang ok. Début des ovules de progestérone. Mon ventre est ballonné. J’ai pris autour du ventre. Je me console en me disant que je rentre encore dans mon pantalon et que je me prépare pour la nidation. Rdv fixé pour le TEC au vendredi à 11h sans que j’ai eu à négocier. C’est parfait c’est la date que je voulais. Cela me permettra de poser des congés que j’avais gardé pour la FIV.

Annulation du second RDV avec la SF osthéopathe (qui ne me convenait pas) sans culpabilisé puisque le TEC tombe le même jour que le  RDV SF osthéo. Ouff!

En attendant la suite, je n’ose croiser les doigts pour que la décongélation se passe bien. J’ai peur de me porter la poisse. Un peu comme Zelda, et d’autres avant. Je me dis qu’à force d’en parler à tout le monde ça ne marche pas. Donc la seule à savoir c’est ma mère. Elle pose trop de question pour que je puisse le lui cacher et en plus elle m’appelle 20 fois par jour pour savoir…donc je le lui ai dit mais du bout des lèvres, toujours de peur que JE ME PORTE LA POISSE. Dès le départ de ce TEC, j’ai décidé que je ne publierai rien sur ce TEC. JE NE VAIS PAS ME PORTER LA POISSE, LA GUIGNE ETC… Alors je me tais et écris ce brouillon que j’espère publier dans quelques semaines avec une annonce de + . Ça serait le premier plus de ma vie. Mais je n’ose y croire ni même y penser. Je me dis que déjà je serai super chanceuse si le 22 le Doc ne m’appelle pas pour me dire de rester chez l’acupuncteur aussi longtemps que je le souhaite. Je n’arrête pas de me revoir sur la table de l’acupuncteur vendredi à l’affût de mon téléphone et de cette putain de sonnerie… je sens que je vais pas pouvoir déstresser.

Je viens de mentir à Cendrillon sur le fait que je recommençais pas le cycle de transfert. J’espère qu’elle ne m’en voudra pas quand elle lira ce post. Pardon Cendrillon. Mais j’ai dit que cette fois je n’allais pas me porter la poisse. Pardon…

Rdv avec acupuncteur le vendredi 22/11 à 9h pour favoriser la nidation. Comme je le craignais j’ai eu l’oreille en alerte sur mon portable pendant toute la séance. L’acupuncteur a fait de son mieux pour me distraire et m’obliger à penser à autre chose. Mon boulot a trouvé le moyen de m’appeler pour parler dossier. Bref, détendu mais qu’à moitié. Là je suis contente que mes copines de PMA (c’est comme ça que je vous appelle) m’aient refilé le numéro de cet acupuncteur. Sans lui, je faisais un arrêt cardiaque à attendre que le téléphone ne sonne pas. Ensuite il a fallu se rendre au centre PMA, le nez collé au téléphone histoire d’être sure qu’il n’allait pas sonner. 15 min avant l’heure du transfert j’étais encore terrorisée à l’idée que tout ça s’arrête. Je n’arrêtais pas de me dire que j’avais rempli ma partie du deal. Que  la décongélation ce n’était pas moi qui décidait.

Rdv TEC 3 Bis, rdv avec notre petit cachottier, à 11h. Début des vacances de trois jours quoiqu’il arrive. Ça y est nous y sommes. Je n’arrive pas vraiment à y croire. J’avale ma bouteille d’eau (petite la bouteille, j’ai compris que ça ne servait à rien d’avaler un litre). Mon nouveau centre fait les transferts à l’aveugle (sans écho) et je préfère. C’est la Doc qui m’a fait l’écho samedi denier qui est préposée au TEC. Elle est sympa donc pas de soucis. Entre temps, le biologiste frappe à la petite lucarne pour me redemander mon nom pour la 2ème fois. J’en profite pour lui demander une faveur. J’aimerais voir la pipette qui contenait le petit cachotier. Je sais que mon nom doit y être inscrit en toute lettre. Vu les petits incidents (et je suis gentille d’appeler ça comme ça) de cet été, je vais être sure que c’est MON CACHOTTIER qu’on va me transférer et pas celui d’une voisine qui aurait un nom similaire. Il est gentil le biologiste (ou il a juste envie de voir mes fesses. Bah, à ce moment là, j’ai déjà enlevé le bas et n’ai même pas vu qu’il y avait un drap en tissu à coté pour me couvrir, pfff). Il me montre la pipette (la première maison de cachottier) qui est scocthé à la feuille. Ouf, c’est bien mon nom. Sir Pivoine l’a également vu. Double ouff, quatre yeux valent mieux que deux. Je vais pouvoir faire le TEC sereinement. Et si ça marche, je n’aurais aucun doute c’est bien notre cachottier qui est au chaud avec moi.

La Gynéco arrive. Elle m’a prépare une ordonnance pour la prise de sang . Je suis étonnée qu’elle soit aussitôt.   J’avais pris mon vendredi 6 pour encaisser mais finalement faudra encaisser le lundi 2. Elle me propose de repousser la date si je préfère  Euh, non. Maintenant que j’ai cette date en tête je sais que je ne pourrai pas tenir. Je refile l’ordonnance à Sir Pivoine. On verra ça plus tard. Pas d’anticipation, c’est ma devise de ce cycle. Etape par étape. C’est pas facile mais salvateur.

On s’installe, tamise la lumière. C’est parti, elle installe bien au fond le petit J5 alias le cachottier. Je prie. C y est il n’y a plus qu’à patienter. Un minuteur est activé. On attend 10 min et on repart. Voilà maintenant  débute l’attente… 11 jours d’attente. C’est aussi les vacances pour trois jours. On rentre en taxi histoire de dire que je ne prends aucun risque. Sir Pivoine qui a pris sa journée s’occupe de tout. Je ne réalise pas ce que s’est passé. J’avais tellement pas envie d’y penser que tout ça me parait encore y réel. Je mange puis je pars faire une sieste. Ma mère nous harcèle pour savoir. Je la rappelle au réveil et lui dit des bouts des lèvres  » c’est fait ». J’ai tellement peur de prononcer ces mots et que ça me porte la guigne. Elle veut connaitre la date du test. Là je ne cède pas et lui dis qu’elle ne le saura pas parce qu’elle va me stresser. J’ai pas oublié sa crise de larme en août quand on fait le test. Donc cette fois, elle devra attendre. J’espère qu’elle aura la décence de ne pas me demander tous les jours si j’ai fait le test parce que je crois que je vais finir par lui dire qu’il est négatif.

27/11 Fin des vacances et reprises du travail: j’ai passé les vacances à naviguer entre « mouais je le sens bien » et « sos je crois que j’ai des douleurs, tu veux pas me prendre ma température? Tu crois que je vais encore finir aux urgences et qu’ils vont m’ouvrir à nouveau? Tu crois que je vais survivre à ça? Tu sais que je pourrai mourir sur la table? ». Puis ce fut la désillusion totale lorsque ma température fut prise.: 36.6! En bonne Pmette, je sais que ça signifie que je ne suis pas enceinte. Donc là, je pleure, je sombre parce que c’est vraiment pas juste qu’il ne se soit pas accroché.  Sir semble être beaucoup plus serein. IL dit y croire. Je ne sais pas dans quelle mesure il joue pas le jeu pour me rassurer?

Vivement lundi. Je n’en peux plus de garder ça pour moi. A J6 les jeux sont fait! Donc je veux juste savoir….

28/11 J7: j’ai du mentir à ma meilleure amie. Mais je ne voulais pas avoir à lui dire lundi soir que « ça n’a pas marché ». Surtout je ne veux pas qu’elle ait l’occasion de me répondre  » désolée, ça sera pour la prochaine fois ». Non j’en ai marre qu’on me dise que mon tour viendra. Ca fait 4 ans que mon tour doit venir donc non je ne veux pas en parler avant lundi. Je publierai ce post lundi soir parce que je sais que je serai comprise. Mais s’il vous plait, ne me dites pas que mon tour viendra. Il ne semble pas vouloir venir. Ne vous inquiétez pas, je suis une vraie balle à rebondir. J’ai déjà mes RDV de pris pour programmer la FIV2 surement pas avant février. Je vais surement demander une petite piqûre de Décap histoire de ne pas juste souffrir pour rien. Sir Pivoine continue à dire que je suis enceinte. Je suis triste pour lui. J’aimerais tellement lui donner cette chance d’être père. Je commence à voir qu’il espère ça aussi fort que moi. C’est dur…

Objectif de la journée: NE PAS ANTICIPER. De toute façon, je ne maîtrise rien. Je dois juste attendre.

Comme d’autres je n’ai aucun symptômes .

29/11 J8 : Je veux acheter un test pipi mais Sir Pivoine ne veut pas. Je me range à sa volonté parce que je sais qu’il a raison. Les petits boutons s’installent, je suppose que la progesteron trois par jour est responsable…

02/12/ J 13: Prise de sang mais soopting au réveil donc je n’y crois plus du tout….VERDICT CE SOIR AVEC SIR PIVOINE qui se charge d’aller chercher les résultats.

J’ai envie de publier ce post mais je n’ose toujours pas. Quelque soit le résultat je publierai de toute façon.

Comme on aurait pu s’en douter, l’attente des résultats me rend dingue. Je ne pense qu’à ça, impossible de me concentrer sur mes taches plus de 5 min.

JE VAIS PETER UN CÂBLE A ESSAYER DE NE PAS ANTICIPER LES RÉSULTATS…

BON PAS BESOIN D’ATTENDRE CE SOIR: les saignements ont repris. C’est donc négatif. En route pour la FIV 2 en février 2014. Youpiii. Je suis au travail donc j’encaisse. Pas le choix.