Après les larmes…la compréhension…

Je vais la faire courte parce que j’en ai pas dormi et que je suis vidée.

Voilà, hier RDV avec Dr C.

Analyses: ok sauf vitamines D pour moi

Sur place: Echo (pas prévu) sur place avec le Dr C.: euh, kystes sur les ovaires, pas sure que l’ovaire droit fonctionne bien (zut, je réalise que j’ai oublié de lui dire qu’en octobre dernier donc un an après mon opération, nous avions regardé ma réserve ovarienne et que les deux ovaires fonctionnaient très bien. Donc c’est surement le kyste qui seme la pagaille!)

Conclusion: débute la pilule Lutényl pendant un mois pour mise au repos, en parallèle IRM pelvien pour observer l’emplacement exacte de l’endométriose afin de pas faire n’importe quoi lors de la ponction.+ prise de vitamine D

Prochaine étape: retourner avec IRM après un mois de Lutényl pour soit:

1- ponctionner les kystes et attendre encore quelque semaine avant de reprendre la stim, soit,

2- débuter la stim

 

WAIT&SEE la nouvelle devise de ma triste vie de Pmette

 

Monter en pression….

Je monte en pression avec l’attente de nos résultats. Le Dr C (mon nouvel amoureux transi 😉 ) nous a prescrit une batterie d’analyses. J’ai tellement peur qu’on découvre une autre « couille » (passez moi l’expression) chez les Pivoines que je n’en dors plus.

Comment monter en pression en 1 prise de sang, 1 test urinaire, et 1 recueil de sperme….

Wait&See? Je sais pas trop faire je crois….

RDV avec Dr. C

Photo : Ce chat n'a pas été retenu pour le grand casting malgré des tentatives de supplication de mauvais goût.

Dr. C est donc dans le privé. Pour moi c’était un soucis mais il m’avait été chaleureusement recommandé par Dr. B l’acupuncteur (pas la gynéco PMA of course!). Et puis finalement avec les mutuelles nous devrions nous y retrouver. Il faudra quand même avancer les frais et attendre que la sécu nous rembourse. Mais comme le dit mon petit frère « c’est pour la bonne cause! »

C’est donc pleins d’espoir mêlé à de l’inquiétude que nous nous sommes rendu au RDV (souvenez-vous, le fameux JOKER dont parlait Sir pour expliquer ma zen attitude face aux piques du Dr B, la gynéco lors de point sur l’échec de la stim FIV 2) lundi.

Le cabinet est charmant, l’attente n’est pas trop longue mais la distance avec mon travail laisse à désirer, environ 50 min, mais je vais pas me plaindre si le reste est bon. Surtout que la durée du trajet avec notre appartement est d’environ 40 min.

Charmante secrétaire, un peu sèche dès lors que tu poses trop de question sur les tarifs mais ça je le mets surtout sur le compte de la nouveauté. J’ai compris qu’elle avait ses favoris, les filles qui sont suivies depuis un certain temps. Donc, je me dis que quand elle verra que j’entre définitivement dans le circuit et qu’il ne s’agit pas d’une simple visite de courtoisie, elle se relâchera. D’ailleurs, j’ai noté qu’elle se souvenait très bien des patientes. Je n’étais pas qu’un numéro pour elle lorsque j’ai rappelé le lendemain de mon RDV pour prendre un autre RDV. A la simple énonciation de mon nom de famille, elle s’est souvenue de moi. Très  bon point pour Madame la secrétaire! 🙂

Donc le RDV en tant que tel: un homme charmant ce Dr. C. D’une voix douce et posée il m’a demandé ce qui m’avait conduit à son cabinet. C’est un peu dans le désordre que je lui expliqué mon « cas ». Il a pris le temps de  » NOUS » poser les questions, de regarder « NOTRE » dossier et de « NOUS » demander ce que nous attendions de lui.

« Un avis, sur mon « cas », savoir si pour vous la ponction, au vu de la position de mes ovaires, vous semble problématique?  Notre Dr. B actuelle, de l’Institut truc muche, nous a même dit il y a quelque mois que nous devrions arrêter là et passer à l’adoption ou le don d’ovocyte. Nous on voulait un avis différent parce que tout ça nous semble prématuré » etc…

J’ai débiné tout ça toute seule, comme une grande et sans chialer. Quel exploit!

Sans hésiter une seconde, il m’a dit que pour lui la position des ovaires ce n’était pas un problème. Il a pas critiqué notre doc actuelle sur sa proposition mais il nous a clairement fait comprendre qu’il n’était absolument pas de cet avis. I a dit cette jolie phrase « il faut aller frapper à d’autres portes pour avoir de l’aide et d’autres avis ». J’ai répondu, en y joignant le geste, « toc toc, je frappe à votre porte » avec un grand sourire. Il a ajouté que de toute manière il avait un collègue au bloc assez costaud qui a la charge d’appuyer sur l’ovaire, pendant mon sommeil comme ça ça ne fait pas mal (euh, j’imagine pas les bleus au réveil mais bon je m’en fiche!), afin de les rendre accessibles pour la ponction. Qu’en 25 ans de carrières, il n’est jamais arrivé qu’il ne parvienne pas à ponctionner au moins un ovaire. Dans ma tête je fais « ouff« . Puis il a poursuivi, que pour lui ce qu’il l’interpellait c’est que j’avais eu trois beaux embryons et qu’il n’y a eu aucune grossesse, c’est donc plus de ce coté là qu’il veut pousser les investigations. Dans ma tête je me dis « bah, il était temps que quelqu’un se mette à réfléchir. Mais pourvu qu’il ne trouve rien ou rien d’insoluble, stp stp mon Dieu, j’ai donné!« .

Je lui fais comprendre que nous pourrions être très intéressé de bénéficier de son aide. Et je demande à en savoir plus sur un éventuel protocole. Dans ma tête je prie pour qu’il dise « pas de décapeptyl« . Miracle! Il dit « moi depuis 1998, je ne fais plus de blocage long au décapeptyl pour les endométrioses. Ça ne sert à rien. C’est lourd et pas vraiment efficace. Est-ce que vous avez des douleurs durant vos cycles? » Je réponds qu’en dehors des règles je n’ai pas de douleurs et que même depuis ma péritonite de 2012, mes règles sont beaucoup moins douloureuses. Sir confirme. On est passé sur des médicaments plus standards pour gérer la douleur « pourvu que ça dur!« . Dr. C note l’information et reprend ses explications: « dans ce cas je proposerai de partir sur un cycle court et de déclencher au décapeptyl. Ce qui permet de gérer sans problème l’hyper-stimulation. Ensuite, on congèle les embryons, avec le décapeptyl en déclenchement vous aurez vos règles  rapidement sous 5 jours donc on évacue rapidement l’hyper-stimulation. Et on fait le transfert au cycle suivant. »

Ok, je suis plus tôt emballée par cette nouvelle méthode. C’est en cherchant qu’on trouve. Donc j’aime! C’est dans ma nature de focaliser sur les problèmes jusqu’à trouver une solution. Je sais que c’est pas toujours une bonne façon de fonctionner mais là j’apprécie de tomber sur quelqu’un qui voit la vie comme moi. Evidemment, il ne garantie rien mais il pense qu’on peut essayer et qu’il y a des pistes de réflexion. Il s’excuse presque lorsqu’il me dit qu’il a peur que malheureusement je ne puisse pas avoir de grossesse spontanée. J’ai presque envie de rire à ce moment. What’s?! Je lui dis que j’ai fait mon deuil du bébé couette. Et là il me dit qu’il a vu beaucoup de femmes qui a priori n’auraient jamais du avoir de bébé couette et qui y sont parvenues alors même pour moi il ne jurerait pas que ce soit impossible. Ça m’a touché qu’il soit aussi humain dans ses paroles. Rapidement on s’est re-focalisé sur le bébé FIV mais l’air de rien je suis repartie apaisé et Sir, qui n’avait pas beaucoup parlé, aussi. Lui aussi l’a trouvé très sérieux, très compétent et moins frileux.

Dr. C a fait l’unanimité chez les Pivoines!

La grande question après le RDV était « qu’est ce qu’on fait? On poursuit une dernière fois avec le Dr B (la gynéco)? La réponse pour moi était évidement « non » mais pour Sir qui a peur que tous ces changements ne nous fassent perdre du temps ça a pris un peu plus de temps. Le lendemain, c’était décidé. Je n’aurais plus à subir les phrases assassines de Dr B. Mais nous irons quand même prendre un dernier avis dans un autre centre avant de trancher. Entre temps, nous allions Sir et moi refaire ou faire toutes les analyses prescrites par le Dr. C dans la semaine histoire de se donner une chance de reprendre la stimulation au prochain cycle c’est à dire en avril. Evidemment cette reprise est conditionnée aux bons résultats de nos longues listes respectives donc je ne me projette pas sur une reprise en avril. Nous verrons dans trois semaines…De plus, la nouvelle technique de stimulation ne me faisant pas gagner de temps, puisqu’il faut nécessairement passer par la congélation, je ne me projette pas du tout sur une éventuelle grossesse. Au final, il n’y aura pas de test de grossesse avant la fin mai (au mieux début mai).

C’est donc avec ce médecin qui me dit, sur le pas de la porte alors que nous le remercions chaleureusement pour son analyse, « j’ai envie de me battre pour vous« , que j’espère poursuivre notre combat pour notre famille.

J’oubliais! Il est tellement dans la compassion qu’il nous a dit que bien qu’il milite depuis 2011 pour les grossesses uniques, il comprenait que nous demandions la réimplantation de deux embryons. Qu’au vu de la longueur de notre parcours, cela se justifiait et que nous pourrions donc en rediscuter le moment venu. Waou! Il entend que nous souffrons! Et à cette souffrance il ne répond pas comme le Dr B. « oui mais c’est pas ma faute. J’y peux rien si ça prend ça ne marche pas! » Sous-entendu, c’est de votre faute si vous n’êtes toujours pas enceinte. F***!

Pourquoi je ne l’ai pas croisé plus tôt? Il faut vraiment que j’aille en voir un autre? Oui, j’ai promis à Sir donc j’irai. Mais à moins que le prochain doc propose dix fois mieux et soit dix fois plus humain dans sa façon de présenter les choses, je pense que nous partirons avec Dr. C….

Maarde! J’ai très longue finalement 🙂

A suivre…

Un ciel qui s’assombri…

Un avenir qui s’assombri…

Une attente qui s’annonce longue…mi-mai pour la prochaine stimulation.

Encore une année qui va passer sans que j’ai pu donner la vie…

Un espoir qu’il faut faire taire: celui d’une grossesse spontanée durant l’attente. Pfff! pourquoi mon cerveau n’a t’il pas enregistré la donnée « INFERTILE »?

Je vous rassure, je ne suis pas désemparée, juste impatiente et un peu déçue de devoir patienter aussi longtemps. Déçue de savoir avec certitude que 2014 ne verra pas naître mon enfant. Je sais que l’essentiel est d’en avoir un voire trois 🙂 mais quand même…j’en ai marre d’attendre!

L’écrire m’aide à relativiser.

RDV avec Dr B.

RDV avec Dr B. J’ai même pas le courage d’écrire ça. Alors je résume en quelque lignes:

1-on reprend la stim après avoir laissé passer un cycle. J’attends toujours mes règles de la stimulation. 

2-la doc m’a prévenu que j’allais souffrir lors de mes prochaines règles alors même que j’essaie de me convaincre du contraire. Merdeee! On pourrait pas essayer d’attendre de voir comment ça se passe le jour J?

3-je repars avec une ordonnance. Sir repart avec la sienne (il faut refaire le spermo il a plus de 6 mois)

4-elle essaie de me détruire en étant négative au max mais je lâche rien.

5-en repartant elle regarde Sir et lui dit « elle a changé votre femme,vous trouvez pas? » Sir ne répond pas vraiment. Elle poursuit « je la trouve lasse ». Je réponds que je ne suis pas « lasse ». Elle me dit « négative ». Je dis non, on verra. Je n’anticipe plus c’est tout. Elle répond  « alors qu’est-ce qu’on fait si ça ne marche pas à la prochaine stim? »

What’s a Fuck?! What’s a Fuck?  J’ai bien entendu? Clairement, elle anticipe surtout que ça ne marche pas et elle veut se débarrasser de nous. Sir est du même avis que moi. C’est bizarre de se dire que notre cas l’effraye tant qu’elle rêve que d’une chose qu’on lui annonce notre départ. A cette question, que j’ai trouvé insultante, j’ai répondu « pas d’anticipation, step by step! » 

Sir a sourit, il sait que si je suis restée si zen face à toutes ces petites phrases c’est parce que j’ai mon joker. Le RDV est pour lundi prochain. Si ça marche bien, on prendra rdv pour fin avril. Comme ça si avec la Doc B. ça ne marche pas on aura pas perdu notre temps.

Conclusion: Avril on reprend une stim et si ça marche je serai la femme la plus heureuse mais si ça foire je ne serai pas la plus désespérée du monde. Je sais que je l’aurai mon enfant à moitié de moi et à moitié de Sir. Je sais au fond de moi que la route n’est pas finie. Je sais que je ne dois rien lâcher. ET JE NE LÂCHERAI RIEN. Je sais pas pourquoi mais aujourd’hui malgré toutes les mots de la Dr B. je suis pleine d’espoir…

wait&see…

Cigogne+sucre

Sir Pivoine a bien voulu déposer trois sucres sur le rebord de la fenêtre, non sans pester sur les délires pmesques de sa Dame. Mais l’essentiel étant que les trois morceaux de sucres roux soient à la fenêtre pour Dame Cigogne qui semble avoir perdu l’adresse des Pivoines…

 

A faire à suivre 😉