Tableau Noir

En direct de l’hôpital…
Et oui j’y suis encore…
Encore pour infection je vous jure que je pose pas mes fesses n’importe où et ne trompe pas mon homme et lui non plus.
La différence c’est que celle-ci est plus classique car spontanée et hors Pma.
L’endometriose semble être l’unique responsable.

Vous n’avez rien fait de mal Dame Pivoine! C’est comme attraper un rhume pour  vous

.
La vache il y a quand même des rhumes moins lourds de conséquences quand on a mon âge.
Donc voilà j’y suis depuis ce week – end. J’ai eu droit à une ponction après quelques soucis au bloc avec ma pds.  J’ai du remonter dans ma chambre alors qu’ils avaient commencé à me brancher.  C’est horrible de refaire deux fois dans la même journée le trajet du bloc. A chaque fois j’ai l’impression que je pars pour y laisser ma vie.  Oui je sais,  une légère tendance à dramatiser.  Mais c’est ainsi que je ressens les choses.
La ponction à la trompe et sur un abcès semble s’être bien déroulé.  D’autres poches d’infection entendez par là du pu bien beurkk ne sont vraiment accessibles donc on continue les antibiotiques en espérant que ça marche.  Sans quoi je suis bon pour me faire charcuter comme en 2012. Je ne le sens pas…
Dans tous les cas j’ai 70%  de chance de devoir y retourner dans 1-2 mois pour me faire retirer quelques instruments de la reproduction si j’ai de la chance voire la totale si j’en ai pas c’est à dire utérus compris. Vous comprenez que je n’en dors pas?
Sir lui, ronfle paisible, certes toujours à mes côtés à l’hôpital sur une chaise mais quand même. Il fait l’autruche… c’est sur ça aide.  Faisons l’autruche…
Dans la logique du tableau noir je m’interroge.  Quel sens va avoir ma vie après cette ablation totale? J’ai 33ans,  pas d’enfants même cahets, je vis dans un minuscule appartement que je déteste,  je rêve de pouvoir changer de travail pour gagner mieux ma vie et me loger décemment mais la pma et l’endometriose m’en empêchent, j’ai un mari formidable mais pas celui dont mes parents auraient rêvé du coup à chaque fois je ressens leur déception oui je fais parti de ces adultes enquêtes de reconnaissance parentale qui n’arrivera jamais parce que ce n’est pas leur style d’être fières de leurs enfants. Bref fermons cette parenthèse inutile.
Quel sens vais- je pouvoir donner a mon existence sur terre lorsque tout ça me sera retiré?
Je sais vous allez me dire que ma vie ne se défini pas à un utérus,  des trompes, de ovaires mais imaginez vous devoir vivre sans même en ayant eu des enfants.  C’est comme pour un homme à qui on retire ses testicules dans ce sens là on se projette souvent mieux ?
#maviedemerdedevientuncauchemardeveille

Je vais arrêter là le tableau noir sinon je vais en lasser plus d’une..
Enfin j’écris pour moi avant tout et pour les 3 personnes qui vivent la même chose… Oui il paraît que nous ne sommes pas nombreuses dans ce cas Vénardes faut jouer au loto!  …

Publicités

29 réflexions sur “Tableau Noir

  1. Ma chère Pivoine, oh que oui, tu as le droit de crier ta peur et ta douleur !! C’est juste trop tout ça… Et comment ne pas se sentir seule quand on a un parcours comme le tien? À l’approche de fiv 4, j’ai parfois de grands moments de solitude.
    Quant à la non reconnaissance des parents, ça n’est pas un détail !! Je crois que c’est essentiel d’aller chercher cette reconnaissance ailleurs, sans quoi on s’épuise. La seule et la véritable fierté qui a de la valeur c’est celle que tu peux t’accorder.
    Quant à l’opération, jamais je ne me permettrais de minimiser les conséquences. Les ovaires, l’utérus, les trompes, la poitrine: ça représente tout ce qui à trait à la féminité. Mais on peut être femme avec ou sans ces attributs, oui. En revanche, on ne peut pas être mère biologiquement parlant et c’est une injustice sans nom d’être privé de ce droit à donner la vie.
    Après, je suis peut être naïve, mais j’aurais envie de te dire que pour le moment, ça n’est pas programmé. Demain n’est pas encore ma belle, alors même si l’angoisse de l’avenir est plus que compréhensible, essaye autant que possible de te concentrer sur aujourd’hui. Je t’embrasse fort fort fort et t’envoie des tonnes de courage, en espérant que tu puisses vite sortir rétablie. ♥♥♥

    1. Merci pour tous ces mots qui font du sens pour moi et qui me sortent de matorpeur…
      Tu as raison chaque jour sa peine. Aujourd’hui je vais me remettre de cet énième infection qui aura le mérite de rassurer le doc pma puisque cela signifie que ce n’est pas le transfert la cause mais l’endometriose. Et demain tout peut arriver dans le bon sens du terme

  2. Chère petite pivoine, je t’envois des caisses de courage et de câlins virtuels. Je comprends tellement ton ressenti, et suis si désolée que ton endométriose te fasse vivre un tel enfer.. J’espère que tes parents te soutiennent quand même dans cette nouvelle épreuve. Reconnaître et accepter leurs failles, c’est grandir aussi. C’est normal de chercher leur approbation, mais tu as fait le meilleur des choix avec ton cher mari imparfait mais près de toi envers et contre tout sur sa chaise inconfortable 🙂 et toi mieux que quiconque sait qui est la personne qui te faut pour t’accompagner dans ce chemin tortueux.
    J’ espère vraiment que tu vas guérir et échapper à cette intervention lourde et délabrante psychologiquement. Je t »embrasse, continue de venir t’exprimer sur ton blog surtout.

  3. Ma pivoine dans l’hôpital ou tu es, c’est un spécialiste reconnu de l’endometriose qui t’a parlé de te retirer l’utérus car celui qui me suis et qui est très réputé a toujours dit en conférence sur l’endometriose qu’on ne retire l’utérus d’une femme a la seule condition que celle ci ait déjà des enfants il avait prit l’exemple de 3 et qu’il faut que ce soit réfléchis justement ….veux tu que je te donne ces coordonnées avant de faire quoique ce soit …prend plusieurs avis avant …
    Sinon je comprend tout a fait ton mal être qui est bien évidemment plus que compréhensible mais ne te fais pas retirer l’utérus avant d’avoir plusieurs avis…
    Je suis tellement triste de savoir que cette saloperie ne te fiche pas la paix… Mais va consulter mon chirurgien, deux avis ne peuvent pas faire de mal hein…je sais que tu en as marre de tout cela, ma pauvre pivoine, je te souhaite que les antibios fassent leur boulot et que tu puisses rapidement sortir de cette hosto …je t’embrasse et attend vite de tes nouvelles.

    1. Merci.
      Je suis bien là où tu vas. A C.
      Mais je n’ai pas vu encore mes spécialistes. C’est une conne qui est dernière année d’internat qui m’a balancé ça dans la gueule comme on balance une liste de courses. Mais évidemment je ne ferai rien sans en avoir parlé à tous les bosses de l’hôpital C et au chirurgien de Dr C du privé qui également super.

      1. Ha OK qu’est ce qui sont cons ces internes non mais c’est pas possible ca !
        Je t’envoie un mail avec les coordonnées de mon chirurgien…il n’est pas a C mais a Versailles …tu sais qu’après ma grosse opération de l’endometriose j’ai du aller aux urgences car je me suis coltinee une sonde urinaire trois semaines et bam infection et cette truffe me sort en faisant l’écho  » on vous a retiré l’utérus ! » heu hein quoi, qu’est ce qu’elle me raconte …

  4. je n’ai pas cette maladie de M*** ,
    je veux juste te dire bon courage et croiser les doigts pour que tu n’ai pas besoin de cette opération.

  5. Ton appréhension et angoisse sont tellement justifiés avec cette maladie qui te fait vivre un enfer. J’espère que les antibiotiques vont faire effet que tu puisses souffler. Je pense bien à toi.

  6. P*tain Pivoine, je n’ai pas de mot. J’espère tout ce que je peux que ça ne va pas finir par une ablation. Tu es où? Dis moi si je peux t’aider pour quoi que ce soit. Bisous

  7. Coucou Pivoine, je suis tellement désolée que cette saloperie d’endo te fasse vivre une calvaire pareille. Je pense très fort à toi et j’espère que t’auras de meilleures nouvelles bientôt. Il me semble que tu connais le top des spécialistes mais si tu veux, je peux aussi t’envoyer les coordonnées du super chir qui m’a opéré l’été dernier. De gros gros bisous

  8. Que c’est dur tout ça… Tellement usant. Je pense bien à toi.
    Maintenant, chaque jour suffit sa peine, j’espère vraiment que tu échapperas à cette opération si lourde…
    Plein de câlins

  9. Il fallait que ca sorte, c’est certain. Tout ca. Je n’ai pas de solution pour améliorer ta vie, mais étape par étape, je ne doute pas que tu y parviendras. Mais pour cela, il te faut de l’énergie et donc te ressourcer…
    La reconnaissance parentale, ce n’est pas rien et je crois qu’on en est tous là. L’opération, purée, c’est vraiment une merde cette saleté d’endo. Un milliers de câlins virtuels pour t’aider à affronter tout ca.

  10. Ma petite Pivoine. Ce que tu vis est un vrai cauchemar. Je suis quasi sûre que c’est le cas de nombre de femme d’avoir peur de vivre ce que tu vis… et cela avec ou sans enfant… je trouve ton rapprochement avec les hommes très parlant, car c’est exactement ça. Bien sûr que ta vie ne tourne pas qu’autour ton utérus, tes ovaires etc … mais peut-être que finalement SI ! il y a des femmes nées pour être mère, il y a des femmes qui se sentent femme parce que justement, elles ont un utérus ! et en fait, ça me parait assez logique, et je fais partie de ces femmes. La vie ce n’est pas seulement la maternité, mais c’est pour certaines essentiel. C’est l’essence de leur vie … alors oui, je comprends ce « que vais je devenir ». Je n’ai pas vraiment de réponse. Je crois que l’homme est fait pour s’adapter … mais ce que je souhaite c’est que tu guérisses vite et bien et que tu n’aies plus à te poser ce genre de questions. Je pensais justement à toi ce matin. J’ai récemment planté une magnifique pivoine et j’ai vu qu’elle avait un joli bouton … j’espère que cela te portera chance. En tout cas, je la chouchoutte en pensant fort à toi. Je te souhaite bcp de courage. Plein de bisous

  11. je sais pas trop quoi te dire a part que bien sur, tu es hyper angoissee, hyper inquiete, et que non, ta vie ne se resume pas a un uterus, mais que bordel quoi !
    j’espere quand meme un happy ending a tout ca… beaucoup de courage !

  12. Tu as tous les droits de partager ta peur. Oui un utérus ne résume pas une femme, mais oui se faire retirer l’utérus quand on est encore si jeune c’est exceptionnellement dur. Et non ce n’était vraiment pas intelligent de la part de cette interne de te balancer ça à la figure car comme te disait Zabou il y a de fortes chances qu’un vrai spécialiste ne le préconise pas (et j’espère que tu en auras vite la confirmation). Je t’envoie plein de pensées, j’espère que les antibio feront leur effet. Bisous

  13. Une femme ne se résume certes pas à son uterus ni à ses ovaires mais c’est ce qu’il fait d’elle une femme. Alors oui, cela est important car cela fait partie de son identité sexuelle et de son image de soi. J’espère fort que les antibiotiques suffiront pour venir à bout de cette infection. Plein de courage et des pensées.

  14. Je suis sonnée… J’espère que cette interne a parlé sans vraiment savoir ce qu’elle disait, j’espère que les spécialistes de l’endo seront plus modérés dans leurs intentions. Comme te l’ont conseillé les filles je ne peux que t’encourager à prendre plusieurs avis.
    En tout cas ce n’est certainement pas nous qui allons te dire que ta vie ne se résume pas à ton utérus, pas nous qui sommes branchées H24 sur nos infertilités et passons notre temps à surveiller nos fonds de culotte… Même s’il est vrai que l’on peut être une femme même sans enfant et après une ablation de nos organes reproducteurs c’est toujours plus facile à admettre quand on a ses enfants près de soi et aucune maladie touchant autant à notre intégrité physique et morale que l’endométriose.

    Je ne sais pas quoi te dire, je ne trouve pas les mots…
    On ne se connait pas autrement qu’à travers la blogosphère mais ça me fait vraiment chi*r pour toi, ça me rend triste car ce n’est pas possible pour une même personne de souffrir autant.

    Je ne peux que te souhaiter du courage et te rappeler qu’on est là, à ton écoute derrière nos écrans.

    (Pour ce qui est de tes parents, je suis comme toi, j’ai un peu de mal à faire abstraction de leur opinion. Ma psy m’avait dit « il faut vous adultifier ». Ca peut paraître brutal mais ça m’aide parfois à prendre des décisions)

    Bises !

  15. Je suis désolée de lire qu’une nouvelle infection t’a collée dans un lit d’hôpital.

    J’espère vraiment que l’interne s’est emballé et que ton doc n’envisage pas d’hysterectomie ou même d’annexectomie pour le moment. Je côtoies régulièrement des patientes qui ont besoin de l’une ou de l’autre ou parfois même des 2, et je peux te dire que ce n’es jamais facile à accepter. Ça fait partie de notre féminité. Et ce même si ce sont des patientes « âgées » ou qui ont déjà eu des enfants.

    J’espère que tu seras vite sur pied.
    En attendant je te fais des bisous.

  16. On pleure, on encaisse et on cicatrise puis se relève parce qu’on a pas le choix! C’est ainsi qu’est notre vie, ponctuée de beaucoup de souffrance mais aussi des petits bonheurs quotidiens qu’il faut apprendre à apprécier à leur juste valeur, même s’ils ne remplacent pas ces enfants biologiques qu’on désirent tant.
    Tu as fait beaucoup, tu as beaucoup donné, tu ne peux rien regretter dans tout ça car rien de tout ça n’est ta faute. On me repete sans cesse que la roue tourne, mais je pense qu’il faut simplement accepter que beaucoup ont de la chance et d’autres beaucoup moins. C’est vrai, arrêtons de se voiler la face. Tu feras encore tout ce qu’il sera possible et le moment où tu diras stop parce que tu auras trop enduré ou que la vie en aura décidé autrement, tu continueras à avancer, différemment.
    Tu changeras d’appart et tu adopteras des enfants s’il le faut, et ce sera certainement la plus belle chose au monde que tu auras pu faire (donner tout cet amour à un être qui a commencé sa vie sans), et puis tu te reconnecteras d’autant plus avec cet homme merveilleux qu’est ton mari et qui t’épaule au jour le jour.
    Je suis comme toi, la reconnaissance je ne l’ai pas (souvent) de mes propres parents, mais c’est ce qui nous a manqué que l’on transmettra (à nos enfants biologiques ou non) et que l’on va chercher chez les amis qui nous entourent.
    Courage (encore!), après la pluie le beau temps… Je croise tous mes doigts pour toi et admire ta perséverance et ta force!

  17. Chère Pivoine,

    Je n’avais pas encore trouvé le temps de t’écrire un petit mot…entre temps, j’ai lu ton dernier article et je suis heureuse de savoir que la situation s’améliore tout doucement.

    Tout cela est difficile et ô combien INJUSTE (je n’ai que ce mot à la bouche, définitivement, y compris pour moi-même…).
    Personne ne pourra penser que tu dramatises, que l’éventualité de te faire enlever l’utérus ou autre n’est pas si terrible que ça…parce que, je pense comme Boule de mousse : si, en fait, peut-être bien que notre vie ne tourne qu’autour de notre utérus, nos ovaires, nos trompes…c’est ce qui fait notre féminité, notre identité de femme, si on touche à ça on touche à ce qu’on a de plus intime, de plus précieux. Et c’est pour cela même que l’infertilité nous marque et nous détruit si profondément.

    Cela dit, comme d’autres en ont fait la remarque avant moi, nous sommes encore loin de l’ablation de l’utérus ou des ovaires. C’est l’option extrême, et avant cela, il y a beaucoup d’autres choses ; entoure-toi des meilleurs spécialistes, cherche les solutions, évalue avec eux les options possibles. Accroche-toi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s