Couler: le retour de Pivoine après une très courte absence…

Depuis l’échec du double transfert de la FIV4 j’ai très sérieusement arrêté de me soigner.

Je fais de l’hypertension et j’ai arrêté net de prendre mon comprimé.

Je souffre le martyre toutes les nuits et ne dors que 5-6h mais je ne fais rien. Ce qui énerve Sir qui aimerait pouvoir finir ses nuits au calme.

J’ai envie de pleurer à chaque pique de douleur, à chaque moment calme, en attendant le métro, devant mon écran au travail.

Ce matin, je crois qu’un homme à remarquer mon désarroi alors il m’a fixé et m’a souri comme pour me dire « ça va aller ma P’tite Dame! Séchez donc vos larmichettes… ». Je me suis donc exécutée. Dans le Monde il faut faire bonne figure.

Je n’ai plus envie de m’occuper de mon corps. La psy dit que mon comportement ressemble à celui de quelqu’un qui est en dépression. Le mot est lâché « dépression ». Je crois que je m’y sens bien dans cet état. J’aimerais m’y enfoncer pour y disparaître. Ne plus être là, ça m’inspire et m’effraye.

Je suis bourrée de paradoxe.

Je n’ai plus envie d’être là mais je n’ai pas non plus le courage d’affronter la mort! J’ai toujours eu une peur bleue de la mort. Bien qu’inéluctable elle me tétanise. Faut que j’en parle à ma psy.

Je n’arrive pas à donner du sens à une vie sans enfant. Alors sans perspective je ne vois pas comment avancer. Toutes les autres bonnes raisons de continuer me semblent « creuse, vide de sens ».

Je fais tomber les tabous. Maintenant quand on me demande quand j’envisage d’avoir des enfants je réponds « je ne peux pas avoir d’enfant », parfois j’enfonce le clous par un « je suis stérile ». Je peux vous dire qu’en général les gens n’apprécient pas. Soit la personne m’en veut de l’avoir mise dans une situation très embarrassante soit elle s’énerve que je puisse le lui dire avec autant d’aplomb et me rétorque « faut pas dire ça! Tu n’en sais rien! »…euh, un peu plus que toi connasse! Et je vous parle pas des cons qui vous disent qu’ils connaissaient quelqu’un qui connait quelqu’un …et après avoir adopté pouff elle est tombée enceinte!  Ou dont la dernière FIV avec le dernier embryon s’est terminée par une Happy End à l’américaine avec 2 beaux enfants! -Arfff, je ne rentre pas de le débat! J’acquisse tout simplement. Après tout je n’ai pas été si mal élevé que ça. Je sais me tenir dans le Monde.

Au final on ne parle jamais des couples qui restent réellement sur le carreau alors même qu’ils sont majoritaires. Ils font peur je suppose.

On aime que les histoires qui finissent bien…Moi la première, of course!

La mienne ne finira pas bien, je le sais…J’ai de l’intuition et je suis plus tôt douée!

Elle se finira d’autant plus mal que je traverse ça seule. Personne ne mesure ma souffrance et chacun trace son chemin. Normal, me diriez vous! Pas si simple quand même. C’est donc silence radio autour de moi!

J’en déduis que face à la mort quoi qu’on fasse on est vraiment seul. J’ai toujours eu une peur bleue d’être seule au moment de passer l’arme à gauche.

J’en ai la confirmation: ça aussi il faudra le vivre seule.

Je deviens toxique pour les autres. Oui, je sens bien que même pour les autres pmettes je suis toxique car sans espoir.

Je ne lutte plus. Je n’en ai plus envie. C’était l’échec de trop. Et pourtant, si le dernier embryon se décongèle j’irai me le faire transférer (un terme plus vulgaire me vient mais je vais vous épargner ça!). Au tiroir le mioche qui veut pas de moi comme mère même si c’est uniquement que pour 3-4 jours avant de se faire la mal comme tous les autres, je vous rassure!

C’est horrible, jetez moi la pierre, lâchez vous, mais j’ai tellement peur de m’infecter car c’est un frozen et que toutes mes infections ont eu lieu avec des frozen,  que du coup j’espère (et j’ai honte hein) qu’il ne supporte pas le retour à des températures normales. Je sais qu’il ne prendra pas alors je ne veux pas être infecté pour rien, je ne me sens pas capable de me relever de ça. D’ailleurs, je sais que plus d’un an après mon corps et mon esprit ne s’en sont toujours pas remis.Mais je sais aussi que je vais regretter d’avoir espéré ça parce que je suis incapable de gérer mes émotions.

Je coule donc…doucement mais surement. Mon prochain cycle approche avec donc les perspectives du transfert  mi-juillet.

J’ai quand même fait ma demande d’entente pour une 5eme FIV cet hiver dans le nouveau centre de Dr Fortiche. Encore un centre que je n’ai pas visité. Enfin à condition de ne pas s’infecter en juillet sinon je suis virée sur  le champ.

L’endométriose m’a tuée et ma psy qui ose me dire que l’endométriose est une maladie courante (pour ne pas dire banale) et que « des femmes arrivent à avoir des enfants ». EUH OUI MAIS BEAUCOUP RESSORTENT D’UNE LONGUE LUTTE MÉDICALE SANS ENFANT… merde!merde et re merde!

 

 

 

 

Publicités

47 réflexions sur “Couler: le retour de Pivoine après une très courte absence…

  1. Chère Pivoine,
    j’ai lu ton blog, l’an dernier… avec toi j’ai espéré, retenu mon souffle et maintenant je lis ton désespoir, tes angoisses …
    bon ben c’est pas faux hein, comme disait Albert Cohen, face à la douleur et au sens de sa vie, « Chaque homme est seul, et tous se fichent de tous, et nos douleurs sont une île déserte… » oui, mais c’est bien joli la poésie, mais on fait quoi ? et c’est comme ça que tu ne te soignes plus et que tu négliges le petit congelé qui t’attend…
    comme toi je me sens souvent seule sur ce chemin, mais puisque je suis comme toi nous sommes deux, nous sommes cent, nous sommes mille… l’armée des infertiles 😉
    je te propose ma main dans cette épreuve. je sais je suis un peu ridicule, mais je te la propose quand même…

    j’ai perdu mon seul enfant à sa naissance. je n’aurai peut-être jamais la chance d’être à nouveau mère, car je suis plus âgée que toi.
    certains jours la mort comme toi m’obsède, terriblement, je dors mal, peu, plus… et la vie sans enfant vivant ne me semble avoir aucun sens comme à toi…j’enchaîne des périodes de dépression intenses et des périodes de répit plus ou moins longues…
    je ne saurais pas affirmer le sens d’une vie sans enfant, mais seulement te dire qu’il existe des épaules amies sur lesquelles on peut s’appuyer, parce qu’elles ne s’enfuient pas toutes, parce ton malheur ne les fait pas toutes fuir.
    j’espère que tu feras cette dernière tentative avec ton petit congelé, j’espère qu’il résistera très bien quoi que tu en dises, qu’il sera magnifique. j’espère surtout que tu ne feras pas d’infection (prends des antibio en préventif ?) et surtout que tu sortiras vainqueur et enceinte de cette épreuve!
    l’endométriose est malheureusement assez répandue. es-tu suivie par cette fameuse Docteur Davy à Paris qui fait des merveilles et dont tout le monde parle ?
    tiens-bon !
    je t’embrasse jolie pivoine

    1. Je suis vraiment désolée de lire ta peine. J’ignore ce que ça fait mais j’imagine ta peine. J’espère que le meilleur t’attend.
      Oui si transfert il y a je serai sous antibio c’est un passage obligé et salutaire depuis 2015.
      Oui je veux bien saisir cette main que tu me tends même si je ne suis pas sure que ce soit pas du temps perdu pour toi.

  2. Oh putai* Pivoine… Je comprends ton desarroi… Quand tu parles d’être toxique pour les autres, de ne plus avoir envie de rien faire pour ton corps. J’aimerais beaucoup trouver les mots juste pour te réconforter, difficile quand on est dans une situation similaire… Alors je dirais juste que tant que tu trouves le courage, continue de persévérer. Pour ne rien regretter. Et il y a des couples pour qui cela finit par marcher, au delà de 4 FIV. 😘

  3. Je te lis depuis des mois, des années…. Je ressens chacune de tes souffrances et je te prends très au sérieux à tel point que le seul commentaire digne d’être à tes côtés est un silence.
    Je te fais des bises, je salue ton parcours et je sais que tu es allée tellement loin dans ce chemin…. Je suis là, dans l’ombre mais pleine de compréhension.

  4. Tes mots, je les ais eu il y a 2 ans quand notre dernière fiv s’est terminée en fausse couche le jour de mes 36 ans. J’ai fait une dépression, c’en etait de trop pour moi. Et puis chéri à ete la, des amis, la blogo, et je me suis requinquée.
    Alors voilà, juste te dire que non tu n’es pas seule, on est là, je suis là.
    Le corps a le droit de lâcher, mais toi, toi tu ne peux pas lâcher ton corps, tu dois en prendre soin même si je sais que pour le moment c’est dur. Surtout rapel les toi que tu n’es pas seule.
    Plein de gros becs

  5. Pivoine, je rencontre les mêmes personnes aux questions relous que toi et je réponds la même chose et qu ils soient gènés j en ai rien à foutre ! Prends soin de toi et si tu le sens pas ce transfert écoute toi.. Je t embrasse bien fort

  6. Oh pivoine. Je te serre dans mes bras bien fort. J’imagine bien ton desarroi. Ton homme a besoin de toi, des oreilles attentives sont là. N’hésite pas á aller voir quelqu’un qui pourra t’aider, á faire une pause peut être. Cet état que tu décris, oui on s’y sent bien. On n’a pas la force d’en sortir. Seule c’est très dur, n’hésite pas á te forcer á accepter de l’aide. Si besoin, dis moi, une femme formidable m’avait aidé au début du parcours. 😘

  7. Oui c’est vrai que les pas happy ends ne font pas rêver les gens… J’ai droit aux mêmes réflexions quand je dis que je ne peux pas avoir d’enfant. Je suis peinée que tu ne trouves rien de « motivant », mais c’est que tu es en pleine tristesse immense et c’est une étape pas drôle à passer. Elle finit cependant par passer un jour.
    Plein de bisettes

    1. Tant que je continue à tourner la tête avant de traverser la route c’est qu’il y a de l’espoir hein ? 😁
      Écrire, vous lire et voir ma psy me soulage qq heures alors je prends tous vos soutiens. Un grand merci à tous

  8. Difficile d’avoir des mots face à ta détresse si compréhensible, alors seulement te dire que tu es entendue et soutenue ici et que je t’envoie tout le courage possible pour supporter ça et essayer de retrouver le soleil, petit à petit. Bises

  9. Salut pivoine,
    je comprends ce que tu vis. Je sors de deux ans de dépression après l’échec de la fiv. J’ai vraiment lutter. Comme toi je ressens le malaise des autres quand je dis que je ne peux pas avoir d’enfants. Les psy savent pas quoi me dire. ..bref, ce que je peux dire c’est que que ce qui m’aide beaucoup c’est mon mari, la blogosphère,le forum de l’association maia, une super psychologue spécialisée en pma, le Dr Davy, et chercher à profiter du petit bonheur du jour (jardiner, jouer avec le chien. .., accepter l’éloignement des amis (depuis qu’on galère pour avoir des gosses ils nous fuient), voilà pivoine peut être un peu déprimant mon message mais je voulais te dire que tu n’es pas toute seule, je suis là
    Biz

    1. non au contraire je reçois ton message avec pleins d’espoir…
      J’ai entendu parlé du Dr Davy mais je ne vois pas ce qu’elle peut faire pour la grossesse en tout cas rien de plus que Dr Fortiche. En revanche si elle consulte pour la gestion de l’endométriose au quotidien peut être que je pourrai aller la voir lorsque je serai prête à veiller sur moi.
      merci
      biz

  10. Je ne sais pas quoi écrire pour soulager ton mal être, ta peine. Je me dis que mettre des mots sur sa souffrance est déjà un petit pas.
    Comme l’a écrit Pimprenelle, as-tu un(e) psy dans ton centre pma ? Peut être que cette personne sera plus sensible au côté médical, car m*rde l’endo n’est pas une maladie facile à vivre au quotidien.
    Plein de courage, plein de soutien Pivoine et je te souhaite vraiment de trouver la personne qui sera à ton écoute et saura te faire sortir la tête de l’eau.
    Bisous.

    1. je vois une psy car mon centre est très loin de mon domicile pour rdv psy ce n’était pas possible et sinon à Paris je n’ai trouvé que des rdv hors de prix à 120€ la séance, puis 90€ et maintenant avec la dernière c’est 70€; Donc je ne peux pas vraiment y aller toutes les semaines. Mais déjà ce rdv me fera du bien.
      biz

  11. Je te lis, souvent, je pense à toi, souvent, mais je ne t’écris pas souvent… je ne trouve pas les mots qu’il faudrait…
    je vois que tu consultes sur Paris, si une fois tu veux qu’on se retrouve pour parler, parce que non tu n’es pas la seule, et que l’endométriose peut prendre des formes rares et surtout tellement invalidantes, sans compter les échecs de pma, tu peux me contacter (sanskouette(at)gmail.com). Bises

    (PS : il y a aussi des psys dans les hôpitaux dans les services gynéco, c’est gratuit…)

  12. Je n’ai rien de très pertinent à te dire mais même si je ne peux qu’imaginer ta souffrance je comprends ta colère et ta douleur. Alors à défaut de conseil je t’envoie mes pensées et un peu de douceur.

  13. Les réactions des gens, la fuite face à ceux qui échouent, ce vide, cette solitude… Je partage tes sentiments Pivoine, et cette impression que ça ne sert à rien de continuer car pour nous ça ne marche pas et c’est ainsi… Que dire de plus, il faut apprendre à vivre avec ça… Je t’embrasse fort, du fond de ma bulle – ras le bol de la PMA, des essais, des espoirs toujours déçus…

  14. Ma chère Pivoine, lire ta détresse m’a bouleversé. J’aimerais vraiment rencontrer. Te dire qu’au delà de cette vie qui te refuse pour le moment le droit de devenir mère, il y a de vraies belles raisons d’exister. J’aimerais pouvoir te prendre par la main et survoler toutes ces belles raisons qui font que malgré cette vie sans enfant, chaque jour qui passe, je suis reconnaissante et heureuse d’ouvrir les yeux sur ce monde, même si, parfois, on aurait mille raisons de vouloir le fuir. Trop d’horreurs, trop de douleur… Pourtant, si on ne maîtrise absolument rien de ce qui se passe pour et autour de nous, on a le pouvoir de changer notre regard sur ce qui nous entoure. Mais je sais que ce regard, personne ne peut le changer pour nous…
    Quand tu évoques le courage de mourir, pour avoir côtoyer de très près une personne qui a choisi la mort plutôt que la vie, je te dirais simplement qu’à mon sens, il est infiniment plus courageux de continuer à se battre et avancer dans l’adversité, plutôt que de fuir lâchement ce qui nous devient insupportable. Le courage est de rester debout, pas de mourir…
    Et toi, malgré cette infinie douleur que tu exprimes et cette tentation de tout envoyer valser, tu fais preuve d’un réel courage. Ne serait-ce qu’en couchant ces mots emprunts de souffrance ici-même…
    Je ne crois pas que tu sois de celles qui choisiront la fuite. Ceci dit, il ne faut pas minimiser tout ce que tu exprimes et je crois que la première étape consiste à te réapproprier ton corps, si longtemps maltraité. Aime toi ma jolie et aide ce corps à se sentir mieux !! Il n’est pas responsable de tout ça… Seule la nature est responsable, mais elle, tu ne peux pas lui faire de mal…
    Sois indulgente avec toi-même et vois la belle personne que nous sommes nombreuses à voir en toi… Je t’embrasse.

      1. ♥♥♥
        Dis, tu veux bien reprendre tes comprimés? 🙂 Pour me rassurer un peu et pour rassurer ton homme (et lui permettre de dormir 😛 ). Parfois, quand on n’a plus l’énergie pour se battre pour soi-même, on peut commencer par se battre pour les autres… C’est une amorce, l’idée étant de finir par le faire pour soi avant tout ! Je t’embrasse.

      2. J’ai décidé hier soir de reprendre mes comprimés. Grâce à vous et ma cops de galère Littlewife. Je sens une différence côté poitrine. J’ai même été courir avec ma cops. Ça m’a fait un bien fou. Je revis pour qq temps. Merci à vous tous

      3. Ma chère Littlewife… J’aimerais tant avoir de ses nouvelles !! ♥♥♥
        C’est génial que tu aies pu reprendre ton traitement. Te savoir mieux me fait réellement plaisir !! Tu revis et c’est déjà un grand pas tant tu t’étais oubliée dans la douleur ces derniers temps… N’oublie jamais que tu mérites de prendre soin de toi. Personne d’autre ne pourra mieux le faire que toi-même.
        Je crois que le plus important, pour ne pas sombrer, c’est de réussir à entretenir ses envies/besoins. Quand on se coupe de ça, on se coupe de soi…
        Et puis, surtout, il ne faut pas oublier de s’aimer et d’être indulgent avec soi. Même si en cherchant bien, on peut trouver mille raisons de se détester, surtout lorsqu’on se croit responsable de son infertilité et qu’on oublie qu’on ne l’a pas choisi et que c’est elle qui s’est imposée à nous sans qu’on ne l’y ait invitée.
        J’aimerais avoir de tes nouvelles tout bientôt… Je t’embrasse.

  15. Putain Pivoine je suis tellement triste de lire ce que tu écris. Je te lis depuis des mois et je ressens ce que tu écris aussi. Parfois j’ai envie de me laisser couler. J’espère que le prochain transfert va se passer au mieux. Je t’embrasse fort. Courage

  16. Jolie Pivoine, je ne sais pas quoi dire. C’est bien que tu arrives à exprimer ta peine. Mais je me sens totalement impuissante. Essaie encore de t’accrocher et de trouver autour de toi un sens. Fais toi aider, même si c’est long et chiant et que tu ne t’en sens pas la force. Tu es une belle personne qui ne mérite pas de vivre une telle peine. Je suis sure que tu sauras trouver ton chemin. Mais ne reste pas seule. Mille gros bisous plein de force 😘❤️

  17. Bonjour Pivoine, c’est la première fois que je consulte ton blog et je tombe sur ton dernier article qui m’a bouleversée. Je suis aussi atteinte de cette put*** d’endométriose qui me détruit à petit feu et je mène ce combat PMA acharné pour devenir mère, sans succès pour l’instant. Je peux comprendre tes ressentis et ta douleur. Je ne vois pas ma vie sans enfants, l’incertitude d’y parvenir un jour me terrifie. Je te souhaite que tu remontes la pente et que tu te donnes les moyens d’avoir une vie heureuse, tu le mérites. Tendrement

  18. bonjour Pivoine, je suis contente de lire que tu retrouves un peu ton souffle ces derniers jours. j’avais aussi entendu parler du Dc Davy et comme toi, sans doute un peu épuisée et désabusée, je ne croyais pas qu’un enième ponte puisse faire mieux, donc j’ai laissé tomber… puis j’ai pris rv, puis annulé… puis repris rv, puis réannulé… et maintenant je le regrette car je lis partout (blogs et surtout le magnifique documentaire avec Irouwen disponible sur youtube) qu’elle est peut-être celle qui fait la différence, en tout cas pour l’endométriose (je ne suis pas concernée) et pour l’humanité (là on l’est toutes). alors je ne suis pas la mieux placée pour en parler, mais mon petit doigt me dit, que ça pourrait être le rv qui vaille le coup…
    je te souhaite un bel été
    baïa

    1. Excuse moi mais je pense que tu dois me confondre avec quelqu’un d’autre. Je ne suis pas avec le Dr Davy et je n’ai pas toujours entendu dire que du bien de ce Dr Davy.
      Je te souhaite de trouver ta solution.
      Bel été à toi aussi

      1. euh non…:( je rebondissais juste sur ton commentaire du 29/6 à propos du fait qu’elle traite l’endometriose.
        je croise les doigts pour toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s