Comment vous le dire?

Comment vous dire merci pour tous vos témoignages d’affection?

Comment vous dire merci pour votre soutien dans cette tempête?

Comment vous dire merci  pour avoir partagé tout de suite des lueurs d’espoirs avec vos propres histoires?

Je ne sais pas. Mais j’ai vu votre mobilisation sur la blogo et j’en suis touchée. Je me suis sentie épaulé de toute part, IRL et ICI, cela m’a aidé à rester debout.

Merci infiniment d’avoir contribué à ce que cette semaine qui s’achève, sans mon fils dans mon ventre, se fasse dignement. J’ai continué à me lever et me laver parce que je me dis que « ça aussi je le surmonterai »… La vie veut me mettre à terre, je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas ce que j’ai fait de mal pour en baver encore et encore. Mais j’aimerais dire à la vie que je ne souhaite plus relever de challenge. Merci!

Je scrute la photo de mon fils 100 fois par jour pour trouver la force d’avancer.  Nous sommes fiers d’avoir accompagné ce petit bonhomme jusqu’à sa dernière demeure comme un grand. Nos familles ont été là, nous étions tous émus, effondrés. Mais moi je cherche encore la recette miracle pour retirer mon cœur afin de ne plus rien sentir. Parfois, on se dit avec Sir « Chouette, finalement on n’est pas à terre! On va y arriver! On va survivre à la perte de notre petit bonhomme! » , et puis 1h plus tard on s’effondre! C’est un jeu sympa auxquels les parenanges aiment jouer je crois! Croire qu’ils sont forts pour découvrir qu’ils ne sont rien.

La nuit je ne dors pas…

La nuit débute la guerre des souvenirs. C’est le tête à tête avec les regrets, la peine, le sentiment de solitude et l’envie d’en découdre une bonne fois pour toute avec la vie! Alors, je ne dors pas et empêche Sir d’essayer d’y parvenir. Je veux un autre enfant et vite pour remplir ce ventre mou! Je veux pouvoir danser avec lui (mais qui est il? A., notre fils aîné? un autre enfant qui sera l’ombre de son frère ainé A.?Un autre enfant qui pourra exister par lui-même et pour lui-même sans que l’ombre de son frère ainé A. ne pèse trop sur sa propre existence?) dans mon ventre et le sentir bouger.

Je veux avoir le temps de voir mon ventre tellement grand et gros que je ne verrai pas mes pieds! Je veux que mon enfant m’enterre et non l’inverse. Je veux organiser des goûter d’anniversaire chiants (parce que je ne suis pas une mère gâteau! Mais une mère aimante quand même) chaque année avec ses petits copains. Je veux lui apprendre le féminisme pour qu’il puisse être un homme bien comme son père! Je veux le voir rigoler avec son père et se moquer de moi! Je veux pouvoir m’engueuler avec lui parce qu’il ne  votera pas comme ses parents. Je veux pouvoir brandir la menace (inefficace mais cocasse) de le déshérité s’il abandonne mon nom de famille que je lui aurais transmis après moult démarche (une déclaration de choix de nom de famille signé de ses deux parents! lol). Je veux le retenir à 20 ans de quitter la maison et être fière (en secret) qu’il exige de l’autonomie. Je veux découvrir un jour qu’il est amoureux fou et qu’il a trouvé sa moitié. Je veux pouvoir me méfier de cette moitié qui me retirer mon FILS. Je veux être un stéréotype de mère juive aimante alors que je ne suis même pas juive.

Je veux …nous voulons….mais nous ne pourrons pas. Notre fils est dans un cercueil, posé dans un trou et recouvert de terre avec un chapeau de fleurs.

Publicités

Le jour où j’ai perdu mon fils…

Voilà 23+5 SA mon petit amour est né hier vivant et nous a quitté quelque minute après. Il était parfait! Vraiment! Il avait tout pour vivre bien mais il lui a manqué une « mère capable » de le porter jusqu’au bout.

Béance du col qu’ils ont dit. C’était trop tard pour faire un cerclage.

Il était parfait! Il ressemblait à son père.

Qui a dit qu’il suffisait d’être enceinte pour que ça roule? Pas moi, ni aucune Pmette!

Naturellement je suis au fond du trou… Naturellement, je sais que je vais encore réussir à remonter cette pente parce que dans le cas contraire je meurs!

Je suis officiellement une maman, nous sommes officiellement des parents depuis hier. Des parents un peu à part puisque sans enfant! Notre fils fera parti de notre vie puisqu’il est inscrit dans notre livret de famille comme étant notre premier enfant. Un enfant parfait qui n’a pas eu la chance de tomber sur une bonne mère.

Béance du col.

Après 6 ans et demi d’attente, je deviens mère trop tôt suite à une béance du col!

Son prénom est magnifique.On en est tellement fière! On avait prévu tellement de chose à faire avec lui. Il est parti en paix sans acharnement! Trop petit, trop tôt…

Nous lui avons fait nos adieux dans mon ventre alors qu’il bougeait, pleins de vies et à sa naissance jusqu’à ce que son coeur s’arrête. Il sait surement qu’on l’aimait NOTRE FILS!

Béance du col.