Le jour où j’ai perdu mon fils…

Voilà 23+5 SA mon petit amour est né hier vivant et nous a quitté quelque minute après. Il était parfait! Vraiment! Il avait tout pour vivre bien mais il lui a manqué une « mère capable » de le porter jusqu’au bout.

Béance du col qu’ils ont dit. C’était trop tard pour faire un cerclage.

Il était parfait! Il ressemblait à son père.

Qui a dit qu’il suffisait d’être enceinte pour que ça roule? Pas moi, ni aucune Pmette!

Naturellement je suis au fond du trou… Naturellement, je sais que je vais encore réussir à remonter cette pente parce que dans le cas contraire je meurs!

Je suis officiellement une maman, nous sommes officiellement des parents depuis hier. Des parents un peu à part puisque sans enfant! Notre fils fera parti de notre vie puisqu’il est inscrit dans notre livret de famille comme étant notre premier enfant. Un enfant parfait qui n’a pas eu la chance de tomber sur une bonne mère.

Béance du col.

Après 6 ans et demi d’attente, je deviens mère trop tôt suite à une béance du col!

Son prénom est magnifique.On en est tellement fière! On avait prévu tellement de chose à faire avec lui. Il est parti en paix sans acharnement! Trop petit, trop tôt…

Nous lui avons fait nos adieux dans mon ventre alors qu’il bougeait, pleins de vies et à sa naissance jusqu’à ce que son coeur s’arrête. Il sait surement qu’on l’aimait NOTRE FILS!

Béance du col.

 

 

Publicités

111 réflexions sur “Le jour où j’ai perdu mon fils…

  1. Je te découvre suite aux hommages qui fleurissent sur la blogo. J’ai lu ton article hier soir et toute la soirée j’ai pensé à toi, le coeur serré de savoir la violence inouïe de ce que tu as vécu et la souffrance qui va t’accompagner dans les mois et les années à venir.
    Comme tu le dis ton fils fera toujours partie de votre vie, mais pas uniquement à travers ce livret de famille, tu découvrira vite que ton enfant ne t’a pas tout à fait quitté, dans ton quotidien tu vivras des petites choses insignifiantes aux yeux des autres mais précieuses pour toi, parce que tu saura que c’est là sa présence auprès de toi, une pensée, un encouragement… On finit par se rendre compte que faute d’avoir pu les porter jusqu’au bout, ce sont nos enfants qui nous portent. Peut être est-ce là le rôle de ces enfants partis trop tôt, nous porter dans la vie…
    J’imagine comme ce doit être violent de se dire que la perte de son enfant est due à un dysfonctionnement de son propre corps, mais j’espère que tu réussira à te débarrasser de ce sentiments de culpabilité. Tu n’es pas coupable, tu n’as pas choisi cette situation, tu l’a subie, tu en es une victime. Tu n’es pas une mauvaise mère, tu as accompagné ton enfant, jusqu’au bout, avec un amour intense, vous lui avez choisi un prénom à lui, pour lui, que vous aimez, dont vous êtes fiers, ce n’est pas rien.
    J’espère que tu pourras trouver un jour l’apaisement, un sens à ce que vous venez de vivre, un sens à sa vie… Bien sûr aujourd’hui tu n’es pas du tout dans cet état d’esprit, c’est normal, ça sera long et douloureux, mais je te promets qu’un jour le soleil brille de nouveau, et même qu’on lui trouve encore plus de saveur, même si nous gardons toujours en nous une part d’ombre…
    Je vous embrasse, toi, ton homme, ton fils, et si tu as besoin de parler je suis là.

  2. Je suis sans mots ma belle…Dame nature est une garce après tout ce que vous avez déjà passé.
    Je suis sûre que de tout là haut votre petit bonhomme sera toujours au côté de ses parents.
    Je pense bien à toi et t’envoie plein de bisous

  3. C’est une terrible épreuve qui vous tombe dessus. 😦
    J’espère que les médecins sauront trouver les mots pour t’ôter toute once de culpabilité. Parce que ce n’est pas de ta faute.
    Je t’envoie mes plus douces pensées et plein de courage, d’autant plus en cette période de fin d’année.

  4. Je suis tellement désolée de lire ça, tellement triste pour vous…La vie est tellement injuste…J’espère que le temps, pourra t’enlever cette culpabilité, qu’elle ne te rongera pas, parce que rien de tout ça n’est de ta faute. Ni de celle de quiconque…
    Courage à vous pour cette terrible et douloureuse épreuve…
    Des bises.

  5. Quel drame…
    Son magnifique prénom restera comme preuve de son existence, si courte fut-elle.
    Oui, tu as été et tu seras une bonne mère.
    Tu n’es pas responsable.
    J’espère que tu reprendras vite confiance, pour surmonter cette douleur.
    Si tu as besoin d’un coupable pour surmonter l’insurmontable, pour trouver une raison, ne donne pas la mauvaise réponse. Tu n’as fait que le bien, tu as porté votre enfant, votre premier amour, avec bienveillance, je n’en doute pas.
    Peut-être, si l’on doit vraiment trouver une cause, un coupable, une explication, peut-être que les médecins n’ont pas été assez vigilants. Tu n’es pas professionnelle, tu débutais, eux, non, ils ont vu pas mal de femmes…
    J’espère qu’ils sauront t’entourer pour éponger cette culpabilité qui n’est pas pour toi, et te redonner confiance pour la suite.
    Pour ton fils, vous allez rebondir.
    J’espère ne pas être maladroite.

  6. Ma chère Pivoine,
    C’est les yeux humides que je découvre l’horreur que vous êtes en train de traverser.
    Comme la vie peut être injuste !!!
    Oui, vous êtes parents. Et probablement que chaque année, à Noël ou à sa date anniversaire, vous aurez une pensée pour votre ange.
    Parce qu’il fait partie de vous à jamais, bien au-delà d’un papier administratif…
    Il vivra à travers vous. Dans votre coeur et dans votre âme. À jamais.
    Tu es une mère tellement courageuse qui a porté ton fils des années durant !! Tu t’es battue autant que tu as pu mais malheureusement, parfois, le désir peut être très fort, on n’a aucune emprise sur notre destinée. C’est la vie qui a le dernier mot. Tu ne pouvais pas lutter contre elle…
    Tu as été une merveilleuse mère toutes ces dernières semaines et même ces dernières années !!
    Et votre fils est arrivé dans ce monde qu’il a quitté beaucoup trop tôt entouré d’amour…
    Courage à vous. Je vous embrasse.

  7. Je découvre ton blog de la plus triste des manières… j’en ai la tête qui tourne. Il n’y a pas de mots. Je suis sincèrement désolée pour ce qui vous est arrivé, est espère que vous trouverez la force de continuer le chemin de manière sereine et optimiste. De jours meilleurs viendront, je vous le souhaite de tout coeur.

  8. Lectrice de l’ombre depuis longtemps, je t’envoie ce soir tout mon soutien et mes pensées de réconfort, même si c’st très peu face à ta douleur.
    J’ai moi même perdu un fils d’une béance du col au même terme que toi, je sais à quel point cette épreuve est insoutenable. Avec le temps ta douleur s’atténuera, mais tu restera à jamais sa maman, et le souvenir de ton fils fera toujours partie de toi.
    Beaucoup de courage à toi et ton mari.

    1. Comment on fait pour rester debout ? As tu d’autres enfants ? Est il possible d’aimer les autres autant ? Demain je l’enterre et j’ai l’impression que ma Place devrait être à ses côtés sous terre…

      1. Comment fait on pour rester debout ? Je ne sais pas si j’ai la réponse…Je te dirai qu’il faut du temps, de l’amour et du soutien de tes proches.
        C’est un vrai deuil à vivre avec toutes ses étapes et ses sentiments. Beaucoup de culpabilité à affronter..Les questions, et si j’avais fait ainsi, et si je n’avais pas fait ainsi, qu’est ce que j’aurai pu faire….On s’en veut, de ne pas avoir été capable de mener cette grossesse au bout, de ne pas avoir senti arriver le danger..
        Et pourtant la vérité, c’est que ce sont des questions vaines puisqu’on ne découvre la béance du col qu’après la perte d’un enfant.
        Pour ma part,j’ai été suivie quelques temps par une psy. Ça m’a fait du bien de parler avec un professionnel. L’entourage,la famille les amis, c’est nécessaire mais ce n’est pas toujours évident pour eux de comprendre la douleur de la perte d’un enfant qui est là sans l’être..(même en l’écrivant, j’ai du mal à l’exprimer correctement).
        J’espère pouvoir t’aider un peu, si tu as besoin de partager , tu as mon mail.
        Par ailleurs et pour donner de l’espoir, j’ai la chance d’avoir eu 2 petites filles depuis (2 grossesses avec cerclage) et je les aime autant que leur frère. L’amour ne se divise pas, il se décuple..
        Encore beaucoup de courage pour affronter l’épreuve de demain et les autres jours.

      2. Merci pour ce témoignage plein de vie. Je ne suis pas une adepte du « si tu ne l’as pas vécu tu ne peux pas comprendre  » mais je reconnais que les mamanges ont la capacité à décrire ce que je n’arrive pas à décrire pour l’heure. Auguste a rejoint sa dernière demeure cet après midi. Il a eu droit à un enterrement comme un grand, lui qui est si petit. Il repose à qq centimètres de son grand père paternel. Nous les imaginons entrain de faire les 400 coups 😜!
        C’est dur mais je peux pas imaginer en rester là! J’espère réussir à avoir d’autres enfants et vivants sur 1 bon siècle. Alors ton histoire me donne de l’espoir et l’énergie d’y retourner dans qq temps. MERCI. J’aurais des tas de questions sur le cerclage mais en janvier. Là j’ai besoin de pleurer mon petit bonhomme.

  9. Très chère pivoine, je découvre ton blog à travers les différents messages qui circule sur la blogosphère et je suis si triste de lire ce terrible événement. Des frissons ont parcourus mon corps et je n’ai pu retenir mes larmes. Je rejoins les copinautes pour te dire de ne pas culpabiliser, tu te bats depuis des années pour être mère, tu n’as pas choisi ce qui t’arrive, vous le subissez ..c’est très difficile, j’en suis convaincu et il va falloir être forts, ton homme et toi. La vie est parfois injuste et ce petit être repose en paix et veillera sur vous depuis là-haut.
    je vous embrasse, je vous envoie de l’énergie pour traverser ce moment si douloureux, mais continuer de croire en la Vie …..

  10. Merde, non, pas ça… je sais qu’aucun mot ne pourra vous consoler alors je suis à vos côté par la pensée. Et tu ne peux pas dire que tu n’es pas une bonne mère quand tu livres ce genre de combat pour donner la vie. Des bises…

  11. Aucun mots ne pourra apaiser cette énorme souffrance. Tu as toute ma sympathie et mes plus douces pensées se dirigent vers toi et ce petit ange parti bien trop tôt. Je t’embrasse fort

  12. Ma Pivoine, je n’ai pas de mots pour exprimer ma peine. Je suis sincèrement désolée. Je n’ai pas les mots… Je pense à toi, à vous et je ne sais pas quoi vous dire… La vie est tellement injuste. Je me sens démunie pour te réconforter. Un jour, nous aurons enfin la lumière au bout de notre tunnel pourri. Toutes mes condoléances et j’espère que ton ange veillera sur vous. Bisou

  13. Je suis sciée. Tellement, tellement désolée pour vous 3.
    Très important cependant : ce n’est aucunement ta faute.
    Je vous embrasse fort.

  14. Je suis sciée de lire ces lignes … Elles sont remplies d’amour …
    Je pense comprendre la projection cette attente de l’arrivée de votre petit garçon par contre je ne peux pas imaginer votre peine !
    Je crois en la vie les pour une fois les larmes passées .
    C’est je pense un torrent qui ça déferler et je vous souhaite le retour d’un arc-en-ciel après cette pluie d’orage !
    Je lis car tu le dis  » une bonne mère  » mais voilà c’est pas toi , tu n es pas fautive , ce n est pas ta faute … Cette culpabilité n’est pas a prendre .
    Sincèrement .

  15. Chère Pivoine,
    C’est avec cette triste nouvelle que je découvre ton blog, on ne se connaît pas mais je pense très fort à vous et à votre petite étoile partie trop tôt.
    Je ne m’explique pas comment la vie peut être aussi injuste et cruelle…
    Je t’envoie plein de courage, d’apaisement et d’amour.

  16. Ma belle Pivoine… j’ai allumé une bougie aujourd’hui pour ton petit Ange et prié pour lui. Je lui ai demandé d’envoyer à sa courageuse maman tout son amour et un souffle de vie pour lui donner la force de lui survivre. Toutes mes plus puissantes pensées seront avec toi demain pour t’accompagner dans cet intolérable adieu. De tout coeur avec toi. Alex

  17. ça me brise le coeur de découvrir ton histoire aujourd’hui.
    les mots ne seront jamais à la hauteur pour vous soutenir!
    j’allume ma plus belle bougie pour vous, pour vous envoyer mes pensées…
    Prenez soin de vous, les uns des autres ❤

  18. Mes mots seront si dérisoires. Je mesure ô combien votre tristesse, peut-être votre colère. Après des traitements pour soigner mon infertilité j’ai perdu un petit garçon à 6 mois de grossesse (béance du col car « fille Distilbène). C’était il y a 28 ans… Il n’a même pas eu le droit d’avoir un nom, SON nom dans notre livret de famille. Son nom est dans notre coeur, notre enfant est toujours dans notre coeur. J’en ai perdu ensuite un autre et puis, contre toute attente,sans traitement, une nouvelle grossesse s’est présentée. Cerclage et 8 mois couchée dont 3 mois hospitalisée. Un petit garçon est né, Il a aujourd’hui un peu plus de 26 ans. La vie est cruelle mais elle peut réserver aussi de belles surprises et de véritables bonheurs. C’est vraiment ce que je vous souhaite. Vous n’oublierez jamais votre petit ange mais la vie continuera et de tout coeur je vous souhaite qu’elle soit belle pour vous, qu’elle comble votre désir le plus grand. Je vous embrasse très affectueusement.

  19. Ma douce Pivoine, tout comme les filles je ne trouve pas les mots devant tant d’injustice et de douleur. Je pense très fort à toi, et t’envoie des 100aines de bisous de réconfort dans cette terrible épreuve.

  20. Mon Dieu je suis si triste de lire cela. C’est plus que cruel. L’horreur. Je vous envoie plein de force et de courage, ça remarchera forcément, vous allez y arriver. Et non tu n’es pas incapable, comment prévoir cela? Tu n’es pas Gynecologue. Tu n’es pas coupable, pas fautive, ça ne dépend pas de toi. Je vous envoie tout mon soutien et je prie dans mon cœur pour votre petit ange d’amour

  21. J ai vécu ca il y a 3 ans un jour de Noël. Mon petit garçon était à 1mois du terme. Je pense énormément à toi. Si tu as besoin n hésite pas a me contacter via mon mail. Je t embrasse très fort
    Lucie

  22. Chère Pivoine,
    Je te suivais de loin et hier, sur le blog de Julys, j’ai vu lar file qui t’étais dedié. Je ne sais pas quoi te dire, si ce n’est que je suis de tout cœur avec toi. J’ai mal en te lisant, j’aimerais pouvoir soulager cette culpabilité… votre petit ange restera à jamais gravé dans vos cœurs et je suis sûre qu’il est parti apaisé car vous étiez la auprès de lui. Je t’embrasse très fort

  23. Je te retrouve ici après des mois et des années sans commenter… J’ai mal en te lisant, je ne peux m’empêcher de me dire que c’est une énorme et impitoyable injustice…
    Pas au même terme, pas dans les mêmes conditions, je l’ai vécu. Les adieux, la culpabilité. L’enterrement aussi. Et j’aimerais tellement que personne n’ait a le vivre. Je t’envoie mes plus tendres pensées. Je te souhaite d’être tres entourée, aimée, soutenue. Du courage, tu en as. Du temps, tu en auras besoin. Mais tu reussiras, j’en suis sure.

    Repose en paix petit ange, ta maman veille sur toi. Veille bien sur elle de la ou tu es, elle en a besoin. Elle t’aime si fort.

    1. Il ne faut pas perdre espoir. La béance du col n’est pas liée à mon infertilité. J’espère bien retenter une FIV pour avoir enfin un 2eme enfant vivant grâce au cerclage.

  24. Chère Pivoine, je suis très émue à la découverte du drame que tu traverses. Même si les mots sont peu de choses en de pareilles circonstances, je voudrais t’envoyer du réconfort et de la tendresse. J’espère n’être pas maladroite en te disant que ton fils va maintenant vous porter toi et ton mari vers l’espoir d’avoir un 2ème enfant. Je t’embrasse.

  25. Chère Pivoine,

    Quelle tragédie ! Je comprends tellement ta douleur. La perte d’un enfant est sans doute la pire chose qui puisse nous arriver. En tout cas pour ma part je n’en ai pas connu de pire et tous les autres soucis me semblent tellement dérisoires à côté ! Ton petit garçon sera toujours avec vous, dans vos cœurs. Il te donnera la force de t’en sortir et de te battre à nouveau ! Mes 3 petits anges me donnent la force de continuer chaque jour. Et tu verras, jour après jour, ça ira de mieux en mieux. Petit à petit tu retrouveras la joie de vivre avec ton petit garçon toujours présent dans ton cœur. Et puis un jour tu auras l’immense bonheur de lui donner un petit frère ou une petite sœur.
    La première chose à faire est de ne plus culpabiliser : TU N’Y ES POUR RIEN ! Sois en persuadée au fond de toi. Enlève-toi cette souffrance supplémentaire. Crois-moi, je sais de quoi je parle.
    Gros bisous de réconfort.

    1. Je suis désolée que tu aies vécu ce drame et qui plus est 3 fois. La vie sait être cruelle.
      As-tu pu avoir d’autres enfants ?
      Merci pour tes mots réconfortants.
      😘

  26. Je viens de découvrir ton blog avec une grande émotion. En effet, j’ai perdu mon premier fils le 31 octobre dernier. Une grossesse PMA, un accouchement à 22Sa +6, un petit garçon magnifique et en vie mais qui a rejoint les étoiles 52 minutes après sa naissance.
    Je sais pas si j’apprends à vivre avec son absence, pour l’instant je suis perdue alors te lire me fait beaucoup de bien. Mon fils aura peut être rencontrer le tien la haut dans les étoiles et ils s’amusent certainement comme des petits fous.
    Tout comme toi, notre combat continue, en PMA forcément. On a pas le choix on doit se battre, je ne vivrais pas sans enfants à mes côtés.
    Qu’est ce qu’elle est cruelle cette situation dans laquelle nous nous trouvons : nous sommes des parents mais nous n’avons pas d’enfants (physiquement et aux regards des autres); nos enfants sont en nous mais nous ne sommes pas enceinte…
    Je te souhaite le meilleur et je vais te suivre de près, j’espère avoir à lire de bonne nouvelle le plus tôt possible et que tu ailles bien.
    Bises

    1. Merci de me lire.
      Je suis désolée d’apprendre que tu as perdu également ton fils. J’espère que nos enfants ont une autre existence ailleurs. Parfois je m’interroge: existe t’il un paradis pour les enfants nés et partis trop tôt ? Ou sont ils en qq sorte rebooté dans le corps d’un autre enfant qui aura le chance de vivre. Je dis bcp de bêtises.
      Tu as repris la pma ?
      Bises

      1. Tu ne dis pas de bêtises, on croit ce qui nous aide et c’est parfois différent d’un jour à l’autre. Moi j’aime penser qu’il est avec moi partout, une partie de moi. C’est contradictoire car c’est aussi un vide immense et la pire absence qu’il puisse exister.
        On recommence tout juste la pma (un peu sur la pointe des pieds). On a rdv demain pour monitoring et planifié un transfert d’embryons congelés.
        Tu es rétabli de ton hospitalisation ?
        Bises

      2. Bon courage pour la reprise. C’est une chance d’avoir un embryon congelé. Je te souhaite une issue heureuse.
        Oui je me remets de mon infection.
        Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s