Comment vous le dire?

Comment vous dire merci pour tous vos témoignages d’affection?

Comment vous dire merci pour votre soutien dans cette tempête?

Comment vous dire merci  pour avoir partagé tout de suite des lueurs d’espoirs avec vos propres histoires?

Je ne sais pas. Mais j’ai vu votre mobilisation sur la blogo et j’en suis touchée. Je me suis sentie épaulé de toute part, IRL et ICI, cela m’a aidé à rester debout.

Merci infiniment d’avoir contribué à ce que cette semaine qui s’achève, sans mon fils dans mon ventre, se fasse dignement. J’ai continué à me lever et me laver parce que je me dis que « ça aussi je le surmonterai »… La vie veut me mettre à terre, je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas ce que j’ai fait de mal pour en baver encore et encore. Mais j’aimerais dire à la vie que je ne souhaite plus relever de challenge. Merci!

Je scrute la photo de mon fils 100 fois par jour pour trouver la force d’avancer.  Nous sommes fiers d’avoir accompagné ce petit bonhomme jusqu’à sa dernière demeure comme un grand. Nos familles ont été là, nous étions tous émus, effondrés. Mais moi je cherche encore la recette miracle pour retirer mon cœur afin de ne plus rien sentir. Parfois, on se dit avec Sir « Chouette, finalement on n’est pas à terre! On va y arriver! On va survivre à la perte de notre petit bonhomme! » , et puis 1h plus tard on s’effondre! C’est un jeu sympa auxquels les parenanges aiment jouer je crois! Croire qu’ils sont forts pour découvrir qu’ils ne sont rien.

La nuit je ne dors pas…

La nuit débute la guerre des souvenirs. C’est le tête à tête avec les regrets, la peine, le sentiment de solitude et l’envie d’en découdre une bonne fois pour toute avec la vie! Alors, je ne dors pas et empêche Sir d’essayer d’y parvenir. Je veux un autre enfant et vite pour remplir ce ventre mou! Je veux pouvoir danser avec lui (mais qui est il? A., notre fils aîné? un autre enfant qui sera l’ombre de son frère ainé A.?Un autre enfant qui pourra exister par lui-même et pour lui-même sans que l’ombre de son frère ainé A. ne pèse trop sur sa propre existence?) dans mon ventre et le sentir bouger.

Je veux avoir le temps de voir mon ventre tellement grand et gros que je ne verrai pas mes pieds! Je veux que mon enfant m’enterre et non l’inverse. Je veux organiser des goûter d’anniversaire chiants (parce que je ne suis pas une mère gâteau! Mais une mère aimante quand même) chaque année avec ses petits copains. Je veux lui apprendre le féminisme pour qu’il puisse être un homme bien comme son père! Je veux le voir rigoler avec son père et se moquer de moi! Je veux pouvoir m’engueuler avec lui parce qu’il ne  votera pas comme ses parents. Je veux pouvoir brandir la menace (inefficace mais cocasse) de le déshérité s’il abandonne mon nom de famille que je lui aurais transmis après moult démarche (une déclaration de choix de nom de famille signé de ses deux parents! lol). Je veux le retenir à 20 ans de quitter la maison et être fière (en secret) qu’il exige de l’autonomie. Je veux découvrir un jour qu’il est amoureux fou et qu’il a trouvé sa moitié. Je veux pouvoir me méfier de cette moitié qui me retirer mon FILS. Je veux être un stéréotype de mère juive aimante alors que je ne suis même pas juive.

Je veux …nous voulons….mais nous ne pourrons pas. Notre fils est dans un cercueil, posé dans un trou et recouvert de terre avec un chapeau de fleurs.

Publicités

50 réflexions sur “Comment vous le dire?

  1. Ton deuil nous touche toutes au coeur. Je ne peux que te serrer virtuellement contre moi et souhaiter tellement fort que tu trouves la force d’avancer avec ton homme, ta famille, tes amis et ton petit A dans ton ame

  2. Ce petit bonhomme a bien de la chance de vous avoir comme parents, et lui aussi s’il avait pu, il aurait sûrement aimé vivre tant de choses à vos côtés, si la vie n’était pas si cruelle.
    Je continue à penser à vous trois, courage pour ce deuil si difficile.
    Tendres bisous

  3. Toutes mes pensées vous accompagnent… Je pense à toi chaque jour et comme toutes, je n’ai pas de mots assez fort…
    Je suis de tout cœur avec vous… ❤️

  4. Nous serons là pour vous soutenir et vous épauler dans cette terrible épreuve. Ecris quand tu en besoin et continues à nous donner de tes nouvelles surtout.
    Plein de bisous de soutien.

  5. Je reviens et je lis ton post et je m’effondre. Je n’ai pas de mot, mais je pense très très fort à vous et vous envoie tout mon soutien même si ce n’est pas grand chose au regard de cette épreuve. Tendres pensées pour toi, ton homme et votre ange qui sera toujours à vos côtés et veillera sur vous.

  6. Énormes pensées à vous ❤️❤️
    Et que le temps vous apporte la paix simplement ça .
    Et d’énormes pensées à votre petit garçon 💙💙💙💙💙

  7. Vous êtes forts ton mari et toi, toujours debout, une véritable preuve de courage. J’espère de tout coeur qu’une prochaine grossesse arrivera et se déroulera sans encombre. A. aura un petit frère sur qui veiller… ou une petite soeur 💕

  8. Je pense à vous depuis la nouvelle, c’est vain evidemment mais si ça peut aider alors autant te le dire.
    D’ailleurs, dans le même genre, j’ai lu dans un commentaire le prénom de votre amour, je le trouve magnifique.
    Je vous souhaite à nouveau tout le courage du monde, un pas à la fois.

  9. Chère pivoine, je pense très fort à vous, comme toutes ici, depuis l’annonce de la si triste nouvelle… Je comprends chacun de tes mots et maux étant moi meme mamange d’une petite fille décédée en 2015 quasi au même stade que votre A (22+6). Je n ai pas de « conseils » à vous donner si ce n’est de puiser tout ce que vous pouvez d’énergie et de courage dans l amour que vous vous portez avec votre mari. Essayez au max de vous faire du bien (quand c est possible…même qq minutes dans 1 journée , c est toujours ça de pris) …des qu une envie se fait ressentir, allez-y… je te comprends tellement …je vous souhaite beaucoup de courage pour les jours / mois et plus à venir …
    si le sommeil met du temps à revenir n hésites pas à prendre des médocs sinon la fatigue extrême s installera (ce n est que mon avis)…quand j étais au plus mal , les séances hebdo chez une psy m’ont fait beaucoup de bien alors que sincèrement au début je me disais que ça n allait pas me rapporter notre puce … ça fait du bien D évacuer par les paroles et les larmes le trop plein d émotions devant une tierce personne autre que son mari ou sa famille/ses amis.
    La sophrologie et le yoga m ont permis de me reapproprier ce corps meurtri.
    Passes les prochains jours / mois à ton rythme sans t imposer quoi que ce soit.
    Des gros bisous ❤️❤️
    Une douce pensée pour ton A. ⭐️⭐️

  10. Le « je veux  » peut être un souhait aussi pour l’avenir .
    Tu es mère pivoines a travers ce que tu écris mais oui il n’est plus là.
    Le deuil c’est dur … Dans mon travail bref j’ai accompagné une dame qui avait vécu cela et il y avait une cellule au chu sur le deuil périnatal , Y’avait un livret . Si ça peut aider a mettre des mots sur l’impossible qui vous ébranle .

    Monoi

      1. Le temps viendra il faut surement se laisser du temps mais savoir qu’il y a des cellules d’aide spécifique quelque part si besoin .

  11. Te découvrir pour un tel drame… Que c’est dur ce que vous vivez mais j’aimerais te dire qu’un jour le soleil brille de nouveau dans le ciel mais finalement je n’en sais rien… J’ai perdu mon filleul à un mois et 10 jours de vie et j’ai déjà eu l’impression qu’on m’arrachait mon cœur alors… Se lever pr lui chaque matin pour que ce petit garçon soit fier de ses parents et je suis sûre qu’il l’est… Je vous souhaite de retrouver un semblant de vie le plus vite possible et le chemin du bonheur qd votre deuil vous le permettra…. Toutes mes pensées pour vous et votre fils A. ❤️

  12. Bonjour Pivoine,

    Ton texte est juste magnifique et j’en ai eu les larmes aux yeux. Tu témoignes d’une force de vie incroyable et je suis persuadée qu’un jour tu réussiras à braver les épreuves de la nature et donner un petit frère ou une petite soeur à A. J’ai moi aussi vécu l’horreur du deuil perinatal, j’ai perdu il y a deux ans mon premier enfant à 32 sa, un petit garçon, A., dont la première lettre du prénom était la même que ton fils…. J’ai été suivie très vite, en individuel et j’ai aussi participé à des groupes de parole qui m’ont beaucoup aidé, j’ai d’ailleurs rencontré des personnes formidables. Le deuil est un parcours non linéaire, on se relève, on tombe puis on se relève de nouveau, il faut apprendre à gérer les « vagues », le temps est notre seul allié. Comme toi, j’ai voulu un autre enfant très vite et j’ai eu le bonheur immense de donner naissance à son petit frère en début d’année. Je suis disponible si tu veux que l’on discute par mail, je pense très fort à toi et à ton ange.

  13. Je ne peux rien écrire tellement rien ne sort, trop bouleversant.
    Alors je n’écris rien mais veux que vous sachiez qu’une personne de plus pense fort à vous.

  14. Pivoine, tu ne me connais pas, mais je voulais t’envoyer milles pensées, pour accompagner la douleur et le chagrin que tu traverses…Les mots ne suffisent pas…Beaucoup de courage à vous deux…

  15. Je pense souvent à vous mais c’est ton commentaire chez PourquoiPasMoi qui me pousse à t’écrire à nouveau aujourd’hui : c’est normal de passer par une phase de culpabilité, mais c’est si triste de lire que tu te juges responsable d’avoir négligé des douleurs dont tu ne pouvais logiquement pas connaître l’origine… Ce qui vous est arrivé était inimaginable, imprévisible.
    C’est un long chemin qui commence pour vous, j’espère qu’avec le temps, tu sauras trouver l’apaisement, avec ou sans l’aide de professionnels. ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s