Les sentiments 

Je réfléchis à écrire sur mes  différents sentiments depuis que nous avons repris le chemin de la Fiv 5. Alors je vais essayer de mettre des mots sur mes maux pour m’en libérer un peu.

Comme Je l’ai écrit précédemment cette Fiv 5 j’y pense depuis la mort de notre fils. À peine lui avais-je dit adieu que je pensais à repartir en pma. J’étais lucide quant à mon incapacité à gertruder. Oui j’invente des mots. 

Pourtant la famille (au sens large c’est à dire les tantes etc) n’a eu de cesse de m’assurer que dans 3 mois je serai de nouveau enceinte. Tous les  » bons conseils » m’ont été prodigué afin que je puisse devenir une Gertrude dans les 3 mois ( notamment refuser de prendre la pilule). J’ai bien ri intérieurement 🙀 enfin lorsque je n’avais pas envie de les coller contre un mur pour leur crier que j’étais une putain d’anomalie dans cette grande famille où tout le monde se reproduit allègrement même après 40 ans. Mais passons. 

Aujourd’hui, je/nous sommes en plein dans cette Fiv 5 tant attendu. Les résultats sont ceux que vous connaissez et j’attends gentillement le transfert en septembre. D’un côté je suis triste de ne pas avoir pu faire un transfert en août d’un autre je suis ravie que les choses se soient goupillées ainsi m’évitant en cas de grossesse les similarités de dates avec la grossesse de A.  C’est donc avec un certain  soulagement que j’attends septembre. Toutefois, un sentiment domine depuis cette reprise: la solitude. Je m’explique. Jusqu’à présent, grâce à ce blog, j’avais le sentiment d’être dans une sorte de normalité. La normalité des pmettes. Mais depuis la mort de A. je me sens seule dans ce parcours. Je me sens vieille dans ce parcours. J’ai l’impression que je m’acharne à obtenir de Dame Nature quelque chose qu’elle estime devoir me priver. Mais le sentiment le plus fort en ce moment c’est la solitude. Mon Dieu que je me sens SEULE! Seule avec mes espoirs, seule avec mes doutes, seules avec mes peurs, seule avec mes questions. Et pourtant, Sir est évidemment là, mais lui non plus ne va pas bien et il travaille contrairement à moi ( je reprends le travail en septembre. J’en étais incapable plus tôt.) Et pourtant, j’ai toujours mon blog et quelques copines pmettes (qui heureusement sont toutes enceintes et Très attentives à mes jérémiades. Merci à elles de me supporter.😘). Et pourtant, j’ai quelques amis à qui je peux dire que je ne vais pas bien. 

Cela va faire 8 mois que je pleure mon fils. J’aurais passé plus de temps à le pleurer et m’occuper de sa tombe qu’à le porter dans mon ventre. Quel genre de mère cela fait de moi? Une mère comme une autre je suppose. Une mère qui fait de son mieux et qui malgré tout culpabilise un maximum. 

Avec cette solitude vient le sentiment de trahison. J’ai le sentiment de trahir A. en essayant d’avoir un autre enfant. Je sais c’est stupide. Mais c’est ce que je ressentais pendant la stim. J’avais aussi le sentiment d’être un dinosaure de la PMA. J’ai arrêté la pilule en 2009 et débuté les essais sérieusement en 2010! Ça me file le vertige quand j’y songe. 

Je me sens donc vieille et seule.