Un samedi comme un autre…

Ou presque.

Je me suis levée à 6 h du matin après une nuit atroce où j’ai rêvé que je faisais un test pipi et qu’il était négatif. S’en est suivi des règles hémorragiques, toujours dans mon cauchemar.

Cette fois j’ai préféré faire la PDS à mon centre PMA pensant que j’aurais les résultats rapidement. Mais finalement il n’en sera rien. Je vais devoir attendre la fin de l’après midi. Les douleurs au ventre ne me lâchent plus depuis hier. Et en rentrant du centre j’ai saigné. Donc la messe est dite. J’ai annoncé la mauvaise nouvelle à Sir, n’étant pas seuls chez nous, nous avons dû faire semblant que tout allait bien. Ma famille et les copines de galères ont été également tenu au jus. J’ai prétexté une fatigue liée à mon réveil matinale pour m’enfermer dans chambre et pleurer toute la matinée.

J’attends le fameux appel du centre pour avaler un antadys pour calmer l’inflammation.

Il nous reste 2 embryons pour clôturer cette étape de notre vie. Après il faudra passer à autre chose. Vivre avec l’idée qu’on a loupé la chance de notre vie. Cela va nous prendre des années pour être en paix mais c’est ainsi.

Le fameux appel est arrivé c’est bien négatif

Un samedi comme un autre 😔

Publicités

Symptômes post transfert

Pour commencer un point sur la pharmacie:

-1 progiron

-4 ovules de progestérone

-1 anticoagulant

-1 aspégic nourrisson

-4 provames

-1 acide folique

 

J6 post transfert d’un j5: (je note tout en vrac pour le prochain transfert. Ça m’évitera de googoliser mes symptômes)

-tiraillements dans le bassin qui annoncent les règles (dont tiraillement au niveau du coccyx comme lorsque les règles vont débarquer)

-nausées

-frissons

-fatigue

-une envie de faire un test de grossesse (quoi? comment ça c’est pas un symptôme? pfff)

J8 post transfert: j’ai le sentiment que ça n’a pas fonctionné. Mais en attendant, je me prive de café, thé, et câlins… Sir fait beaucoup de chose pour moi. Je me souviens que le lendemain du transfert, j’ai retrouvé une goutte de sang dans ma culotte. A 3 dodos de la PDS j’en ai pas eu d’autres mais j’imagine bien que cela ne saurait tarder.

Autre symptôme: je fixe le calendrier et compte et recompte et re recompte le nombre de dodos avant le test. C’est plus fort que moi. Le stress monte malgré tout. Je commence à calculer le prochain TEC de l’année. Ce sera pour mi-novembre dans le meilleur des cas.

 

J-1DODO: toujours des tiraillements comme avant les règles, les pertes de progestérone semblent plus liquides (donc il y autre chose que les ovules que j’évacue), le ventre hyper gonflé, de la fatigue (je dors peu et mal) et mal de tête.

 

Demain 15H grand maximum on sera fixé… Mais à 1 DODO du résultat je n’ai plus envie d’y être. Je n’ai plus envie de me prendre cette porte dans la tronche et surtout, surtout, surtout je suis épuisée par ce parcours. Une chose est sur c’est que le mois d’octobre sera au moins l’occasion pour moi de recharger les barateries. On ira chercher les deux autres embryons s’ils supportent la dévitrification.

Je n’arrête pas d’imaginer la voix de l’infirmière quand elle va m’appeler pour me dire « Madame Pivoine, je suis désolée ça n’a pas marché cette fois. Mais ne perdez pas espoir. Bon week-end »Smileys - Illustration vectorielle

Comme si c’était hier…

A j-2 du transfert voilà comment je me sens: comme si c’était hier.

Hier, il y a un peu plus d’un an maintenant, bien que je n’y croyais pas, j’avais tout de même tenu à respecter la tradition, les rituels de la PMA en allant voir mon acupuncteur préféré, en m’achetant une petite robe blanche et bleue.

Hier, il y a un peu plus d’un an maintenant, le dernier blasto J6 expansé (dont j’étais fière) avait été déposé au creux de moi.

Hier, il y a un peu plus d’un an maintenant, le transfert se faisait sous un soleil radieux. Nous sortions de la salle des transferts (mon Sir, ma petite robe blanche et bleue, mon petit J6 expansé dont on était fière qu’il eu tenu à la décongélation et moi-même) heureux comme des poux (pas sure que cette expression existe mais je tente l’entrée dans le dictionnaire des nouvelles expressions françaises).

Hier, il y a un peu plus d’un an maintenant, la 1 ère grossesse de toute ma chienne de vie était bien là.

Hier, il y a moins d’un an maintenant, je perdais notre J6 expansé devenu notre premier garçon.

Aujourd’hui je m’apprête à retenter l’expérience dans l’espoir que la vie sera plus indulgente.

J’ai fait une shortlist non exhaustive à la vie:

-1 : le 1er blasto sorti du congélateur supporte la décongélation

-2: test de grossesse positif et pas d’infection

-3: grossesse évolutive (avec tout ce qui va avec hein, aucune mauvaise surprise ne sera tolérée)

-4: 39 SA de grossesse sans encombre(j’ai le droit de rêver c’est MA liste!)

-5: une naissance sans encombre avec un beau bébé EN VIE  et des parents EN VIE pour l’élever

-6: une longue vie sans trop de soucis

En dans l’intervalle inutile de chercher d’autres thématiques sur lesquels me fouetter je mérite le paradis sur terre et au-delà.

Jour J: le transfert a bien eu lieu. Le 1er embryon dévitrifié a tenu le choc et deux petits sont toujours au froid.

Les jours suivants: j’ai été hyper angoissé à l’idée de faire une infection suite au transfert donc je ne peux pas dire que tout ceci se fasse dans la sérénité. Pour parfaire la situation, je n’ai jamais vu Sir suivre à la lettre les indications des médecins ou de la blogosphère. J’ai eu le malheur de lui dire que j’avais lu sur certains blogs que certains centres parisiens  (par lesquels on est passé) recommandé d’éviter le sexe, café, thé etc. jusqu’au test et bien il a décidé de les appliquer à la lettre « parce qu’on s’est jamais si ça peut augmenter nos chances ». En six ans de PMA je n’avais jamais vu mon Sir aussi soucieux. Habituellement je dois un peu me battre pour lui faire entendre certaines règles de précautions. Je suppose que c’est la conséquence de ma décision de ne pas refaire de FIV. Je lui ai même dit que si ce transfert ne marche pas je ne pense pas retourner en TEC cette année. Je suis déjà au max de ce que j’arrive à encaisser. D’autant que je continue à stresser à l’idée de faire une infection (baisse de tension, bouche pâteuse, nausée, frissons mais ventre souple à ce stade). Résultat il n’arrête pas de me prendre ma température mais celle-ci n’augmente pas, ce qui est une bonne chose pour l’aspect infectieux et une mauvaise chose s’agissant de la nidation.

J’ai quand même demandé que Pr Fortiche me prescrive une prise de sang pour vérifier qu’il n’y a pas d’infection. Si j’ai de la chance c’est juste un petit virus qui traîne au travail. Bon, j’imagine bien que pour l’embryon ce n’est pas une bonne chose. Cela ne va pas l’aider à s’accrocher s’il est toujours là.

Réponse samedi mais je sais que ce sera négatif. J’espère juste que je n’aurais pas d’infections dans l’intervalle.

 

Wait&see

 

La seule chose qui me soulage…

Imaginer que je peux hurler…

Alors je vais hurler ici avec mes doigts sur le clavier

AaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaAaaaaaaaaaaaaaaaaaaah

(Respiration, 3 larmes et on re part)

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah

(Respiration, 3 larmichettes et quelques insultes  finement choisies à l’attention de la vie)

Merci de m’accorder cet espace pour  » hurler mon désespoir »

Je n’en peux plus d’espérer cet enfant au creu de mon ventre puis au creu de mes bras. Je n’en plus d’être heureuse pour les autres. Je n’en peux plus de réaliser que pour celles qui sont mères depuis plusieurs années mon « obstination » à vouloir être Mère paraît futile. 

Je n’en peux plus… c’est reparti pour un tour.

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaazaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah